Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Alain Juppé se défend de courtiser les voix de la gauche

Alain Juppé le jure, il ne courtise pas les voix de la gauche dans le cadre de la primaire de la droite et du centre. Le maire de Bordeaux ne peut pourtant pas ignorer qu’il a les faveurs d’une partie des sympathisants socialistes désireux de s’éviter un second quinquennat Sarkozy.

Alain Juppé a joué le ravi de la crèche ce matin sur France 2. Interrogé par Caroline Roux dans l’émission Les 4 Vérités sur la question de savoir s’il pourrait remporter la primaire de la droite et du centre sans les voix de la gauche, le maire de Bordeaux a répliqué : "Je ne demande pas les voix de la gauche, qu’est-ce que c’est que cette histoire ?"

Les voix des Français qui en ont marre de la gauche

Manière de tordre le coup à la rumeur qui voudrait que l’ancien Premier ministre aurait les faveurs d’une partie des sympathisants socialistes. Ces derniers, perdu pour perdu, auraient en effet décidé de voter pour lui afin de faire barrage à Nicolas Sarkozy. "Je demande les voix de tous les Français qui demandent l’alternance, qui en ont marre de la gauche, qui en ont marre du pouvoir actuel", s'est défendu Alain Juppé, avant d’ajouter : "C’est une primaire ouverte, mais il faudra adhérer aux valeurs de la droite et du centre, c’est très clair."

La possibilité de voir des sympathisants de gauche voter pour Alain Juppé est pourtant prise très au sérieux par François Hollande. Ainsi que le révélait hier BFM TV, les partisans du chef de l’État ont adressé aux élus locaux socialistes un argumentaire qu’ils devront utiliser pour dissuader les sympathisants de gauche de donner leur voix au maire de Bordeaux. Car François Hollande ne souhaite rien tant que se retrouver face à Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2017.

Socialistes désespérés

Pour cela, le chef de l’État a besoin de la défaite d’Alain Juppé, mais sa cote de désamour est telle dans son propre camp que les électeurs de gauche s’annoncent bien difficiles à récupérer. "Il y a un peu de trouille dans ce parti, a ironisé Alain Juppé. Le Parti socialiste est en perdition, il n’a plus de chef, il n’a plus de candidat." Le maire de Bordeaux voit dans cette réaction de la Hollandie une preuve supplémentaire du "désespoir" des ténors du PS.

Alain Juppé se défend de courtiser les voix de la gauche
Alain Juppé l'assure : il ne demande pas les voix de la gauche / ©France 2
Ajouter un commentaire