Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Après son voyage en Israël, Guillaume Larrivé plaide en faveur de la rétention administrative

Guillaume Larrivé se pose en défenseur de la rétention administrative. Le porte-parole des Républicains souhaite mettre cette mesure en place en France "dans le cadre de l'État de droit" en s'inspirant de l'exemple israélien.

Le débat sur la rétention administrative est ouvert. Pour trouver des solutions pour lutter contre le terrorisme, les députés Les Républicains Éric Ciotti et Guillaume Larrivé ont réalisé un déplacement de trois jours en Israël. Si Éric Ciotti s'est écharpé avec Jean-Jacques Urvoas sur un tweet vantant les mérites de la rétention administrative, Guillaume Larrivé plaide également pour la mise en place de cette mesure en France. Le député (LR) de l'Yonne a d'ailleurs estimé ce jeudi 11 août sur France Info que Jean-Jacques Urvoas avait "tort" au sujet des centres de rétention administrative. "Avec Éric Ciotti, nous avons fait une proposition de loi très précise qui consisterait effectivement à enfermer un certain nombre d'individus déjà repérés par les services de renseignement, parmi notamment les 11 000 ou 13 000 individus fichés S", explique ainsi Guillaume Larrivé.

"Pendant qu'ils sont enfermés, ils ne sont pas dehors"

"Je vais vous dire une chose très directe : pendant qu'ils sont enfermés dans un centre de rétention, ils ne sont pas dehors", estime le porte-parole des Républicains. Il propose "naturellement" la mise en place d'"un certain nombre de garanties judiciaires" afin de rester dans le cadre de l'État de droit. "Ce que fait à cet égard Israël depuis 1978 est très intéressant", juge Guillaume Larrivé, qui souligne que la rétention y est faite "sous le contrôle d'un juge". Et d'avancer : "vous savez, c'est Menahem Begin, prix Nobel de la Paix, qui en 1978 a fait inscrire dans la loi israélienne". Menahem Begin fût Premier ministre d'Israël de juin 1977 à octobre 1983 et fût récompensé du prix Nobel de la Paix en 1978 avec le président égyptien Anouar el-Sadate suite aux accords de Camp David. "Il y a aujourd'hui environ 500 personnes qui font l'objet de cette rétention", explique Guillaume Larrivé, qui insiste sur le fait que "ce sont 500 personnes qui pendant qu'elles sont sous surveillance en centre de rétention ne sont pas dehors". "J'ai la conviction que dans le cadre de l'État de droit et du respect de nos principes, on peut parfaitement augmenter le degré de sécurité des Français en ayant recours à cette mesure de rétention", conclut le député (LR) de l'Yonne.

Après son voyage en Israël, Guillaume Larrivé plaide en faveur de la rétention administrative
Le député (LR) de l'Yonne souhaite s'inspirer de l'exemple israélien pour mettre en place la rétention administrative en France / ©France Info
Ajouter un commentaire