Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Attentat de Nice : Bernard Cazeneuve "indigné" par les accusations de mensonge de Libération

Dans son édition du jeudi 21 juillet 2016, le quotidien Libération accuse le ministère de l'Intérieur de "mensonge" et de "failles de sécurité" à Nice le 14 juillet, jour de l'attentat qui a fait 84 victimes. Dans un communiqué publié le même jour, Bernard Cazeneuve dément formellement ces accusations et "s'indigne des contre-vérités que le journal a publiées".

Libération dénonce un "manque de transparence" de la part de l'exécutif. Dans son édition du 21 juillet 2016, le quotidien accuse, preuves à l'appui, le ministère de l'Intérieur d'avoir "au minimum travesti la réalité" sur le dispositif de sécurité le 14 juillet à Nice. Alors que Bernard Cazeneuve affirme que "la police nationale était présente, et très présente, sur la promenade des Anglais", Libération explique que "le dispositif policier était en réalité bien plus léger". "Seuls deux agents de la police municipale sont placés au milieu de la chaussée" à l'entrée de la Promenade des Anglais selon le quotidien, qui ajoute que "les six voies dévouées à la circulation automobile sont coupées par des barrières métalliques et des plots rectangulaires rouge et blanc". 

Le ministère de l'Intérieur accusé de "mensonge"

Cette version contredit celle de la préfecture des Alpes-Maritimes, qui arguait que "le point d'entrée du camion" était confié "à des équipages de la police nationale, renforcés d'équipages de la police municipale", avec une "interdiction d'accès matéralisée par le positionnement de véhicules bloquant l'accès à la chaussée". "Nulle trace, dans ce périmètre très prècis, d'effectifs de la police nationale", affirme Libération, qui ajoute que "ceux-ci ont été relevés aux alentours de 20h30 par leurs collègues municipaux". "Il n'y a donc aucune voiture de police nationale susceptible de barrer la chaussée", explique le journal, qui rajoute qu'"un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer, sans pour autant être en mesure de bloquer le passage". En fait, Libération explique que "le dispositif constaté est exactement celui qui avait été prévu". Mais ce n'est "pas du tout celui décrit a posteriori par la Place Beauvau et la préfecture", qui accuse le ministère de l'Intérieur de "mensonge".

"Bernard Cazeneuve s'indigne de ces contre-vérités"

La réaction de la Place Beauvau n'a pas tardé. Dans un communiqué publié jeudi 21 juillet, "Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, s'indigne des contre-vérités que le journal a publiées". Le ministère de l'Intérieur s'interroge sur "la déontologie des journalistes qui ont signé ces articles". Il dénonce des "procédés graves, qui empruntent aux ressorts du complotisme". Le ministre de l'Intérieur a rappelé que "le dispositif mis en place le 14 juillet était, pour ce qui concerne la police nationale, conforme en tous points aux réunions préparatoires". Il confirme ainsi que "l'accès à la zone piétonne" était bel et bien "sécurisé par un barrage de la police nationale, deux voiture sstationnées sur la chaussée et six fonctionnaires". Ce n'est pas la première fois que la version du ministre de l'Intérieur est remise en cause. Christian Estrosi accusait en effet Bernard Cazeneuve et Manuel Valls de "mensonge d'État" autour du dispositif de sécurité. Gérard Larcher a demandé sur RTL ce jeudi 21 juillet la tenue d'une "enquête indépendante" sur ce contentieux entre le ministère de l'Intérieur et la mairie de Nice. Bernard Cazeneuve a donc décidé de saisir la "police des polices" pour faire le point sur le dispositif policier à Nice le 14 juillet.

Attentat de Nice : Bernard Cazeneuve accusé de mensonge par Libération
Le ministre de l'Intérieur a démenti les accusations formulées par Libération / ©maxppp
Ajouter un commentaire