Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Attentat de Nice : la droite réclame davantage de fermeté

Suite à l’attentat de Nice, la droite réclame la mise en place de moyens renforcés pour lutter contre la menace terroriste. Éric Ciotti demande la création de centres de rétention fermés tandis qu’Alain Juppé estime qu’il faut créer 10 000 places supplémentaires de prison.

Quelle réponse apporter à la menace terroriste ? Pour la droite, la solution passe notamment par un renforcement de l’arsenal juridique existant tel qu’il a été préconisé le 12 juillet, deux jours à peine avant l’attentat de Nice, par le président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, Georges Fenech.

Ce dernier suggérait notamment la refonte des services de renseignement et d’unités d’intervention ainsi que le durcissement de l’arsenal juridique pour les personnes condamnées pour terrorisme. Au lendemain de l’attaque, Georges Fenech a d’ailleurs déploré que l’état d’urgence ne « règle rien. » « Ça rassure, c’est tout. La force Sentinelle ne règle rien non plus. C’est psychologique », a-t-il estimé.

« Changer de cadre »

Éric Ciotti est bien de cet avis. Il compte même aller beaucoup plus loin dans le durcissement des moyens mis à disposition de l’État pour lutter contre le terrorisme. Le député des Alpes Maritimes, qui était présent à Nice le soir de l’attaque, a jugé sur TF1 que « nous ne pouvons plus raisonner dans le même cadre. » « On nous dit en permanence que la France est en guerre, que l’islamisme radical nous a déclaré une guerre, mais nous n’utilisons pas les outils, les armes de la guerre pour gagner ce combat », a-t-il ajouté.

De son côté, Alain Juppé a estimé qu’il fallait « s’intéresser à la réponse pénale ». « Il est peut-être nécessaire d’augmenter les peines et faire en sorte que les peines soient réellement appliquées », a déclaré l’ancien Premier ministre, qui estime que la politique pénale depuis 2012 n’est « pas bonne ». À cet effet, il a rappelé plusieurs de ses préconisations comme la construction de 10 000 places de prison, la création d’une police pénitentiaire ou encore la fermeture des salles de prière accueillant des imams qui prêchent la violence.

Attentat de Nice : la droite réclame davantage de fermeté
La droite réclame un renforcement de l'arsenal juridique pour lutter contre le terrorisme / ©TF1/France 2
Ajouter un commentaire