Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Attentat de Nice : Jean-Pierre Chevènement prend la défense de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve

L’unité nationale a volé en éclat dès le lendemain de l’attentat de Nice survenu le 14 juillet. Si les élus de droite tirent à boulets rouges sur la politique du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme, le Premier ministre a été sifflé par le public lors de la minute de silence qui se déroulait sur la promenade des Anglais le 18 juillet. Invité ce mardi 19 juillet sur RFI, Jean-Pierre Chevènement a pris la défense de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve.

Cohésion nécessaire. L’union nationale n’est plus. Depuis l’attentat de Nice survenu le jour de la fête nationale à Nice qui a fait 84 morts et des centaines de blessés à l’heure actuelle, François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sont sous le feu des critiques. Les élus de droite et d’extrême-droite ne mâchent pas leurs mots. Alors que Nadine Morano attaque "la nationalité française bradée" par la gauche, la présidente du Front national va plus loin. Marine Le Pen a exhorté le ministre de l’Intérieur a démissionné.  Lundi 18 juillet, Manuel Valls s’est fait hué par les personnes présentes à Nice pour la minute de silence. Des sifflets qui auraient été orchestrés par un petit groupe lié au FN.

Certains fustigent ce manque de solidarité nationale. Invité sur RFI ce mardi matin, Jean-Pierre Chevènement a pris la défense de Manuel Valls rappelant le respect qui était dû à la fonction de chef du gouvernement. "Manuel Valls a été sifflé par une petite partie des gens présents et ce n’est pas à leur honneur. Manuel Valls fait son travail, c’est notre Premier ministre et les reproches qui lui sont faits par certains leaders de la droite – de ne pas avoir pris les moyens qu’il fallait prendre- ne sont pas argumentés" déclare-t-il au micro de RFI.

Jean-Pierre Chevènement ne veut pas de division nationale

L’ancien ministre de la Défense et de l’Intérieur a continué sur sa lancée arguant d’une solidarité politique nécessaire. "Il faut, quel que soit les opinions politiques, faire preuve d’un certain loyalisme, d’un certain légalisme" a déclaré le président de la Fondation Res Publica avant d’ajouter "Il y a un président de la République, il y a un Premier ministre, il y a un ministre de l’Intérieur auquel je veux rendre hommage parce qu’il a un travail considérable à faire tous les jours. Je trouve que les reproches qui sont faits, sont des reproches tout à fait excessifs." Pour Jean-Pierre Chevènement, ces divisions servent avant tout aux terroristes islamistes. "Les terroristes veulent nous diviser, ne leur faisons pas ce cadeau de nos divisions, mettons un peu de hauteur dans notre réflexion" conclut l’ancien ministre. 

Attentat de Nice : Jean-Pierre Chevènement prend la défense de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve
Jean-Pierre Chevènement au secours de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve / ©(c) Maxppp
Ajouter un commentaire