Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Attentat de Nice : Manuel Valls recadre fermement Christian Estrosi

Le torchon brûle entre Manuel Valls et Christian Estrosi. Alors que le président de la région PACA estimait avoir été mis à l’écart par le gouvernement au lendemain de l’attentat de Nice et tirait à boulets rouges sur le gouvernement, Manuel Valls lui a demandé de se "reprendre" dans une interview accordée à Nice-Matin ce mardi 19 juillet.

A couteaux tirés. Christian Estrosi en veut au gouvernement et ne manque de le faire savoir haut et fort. Dans une interview accordée à Paris Match, lundi 18 juillet, l’ancien maire de Nice estime avoir été mis à l’écart du gouvernement après l’attentat du 14 juillet. Malgré sa colère, le président de la région Provences- Alpes- Côte d’Azur n’oublie pas de s’attaquer à son adversaire favori : le gouvernement. Selon lui, l’attaque terroriste de Nice aurait pu être évitée.

Dans Nice-Matin ce mardi 19 juillet, c’est au tour de Manuel Valls de répondre aux critiques de Christian Estrosi. Le Premier ministre a jugé "inacceptable" les accusations de l’élu Les Républicains sur le nombre de policier nationaux présents à Nice le soir de l’attentat. "Comment peut-on mettre ainsi en cause la parole publique ? Christian Estrosi a affirmé qu’il n’y avait jamais eu 64 policiers nationaux sur la promenade des Anglais et aucune fouille aléatoire le 14 juillet ? Je laisse le soin au préfet et au ministre de l’Intérieur de répondre encore une fois précisément à Christian Estrosi. Notre patrie a été attaquée" déclare Manuel Valls.

Manuel Valls demande à Christian Estrosi de "se reprendre"

Le Premier ministre va plus loin, mettant en garde Christian Estrosi sur les conditions de son élection à la tête de la région. "Il a été élu dans des circonstances particulières, grâce aux voix de gauche et à mon intervention" révèle Manuel Valls avant d’ajouter : "Je comprends qu’il pose des questions, qu’il cherche à canaliser la peur des Niçois, mais cela ne l’autorise pas à tout. Je lui demande de se reprendre. Quand on est président de région, (…), il faut être à la hauteur de la fonction" conclu le chef du gouvernement sur le sujet… jusqu’au prochain round ? 

Attentat de Nice : Manuel Valls recadre fermement Christian Estrosi
Manuel Valls et Christian Estrosi sont à couteaux tirés / ©maxpp
Ajouter un commentaire