Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Bruno Le Maire : "Des zones de non-droit, il y en a beaucoup en France"

Ce mardi sur RTL, Bruno Le Maire a réagi à l’agression des policiers dans l’Essonne. Selon le député de l’Eure : "Oui, il y a des zones de non-droit en France".

L’attaque aux cocktails Molotov contre quatre policiers en mission de surveillance à Viry-Châtillon continue de faire réagir les politiques. Lundi sur RTL, Bernard Cazeneuve avait traité les auteurs de "sauvageons", une réaction jugée laxiste par la droite. Valérie Debord, porte-parole du parti Les Républicains, a demandé la démission du ministre de l'Intérieur. Le lendemain, c’est au tour de Bruno Le Maire de réagir : "Je n'appelle pas ça des sauvageons mais des barbares".

Bruno Le Maire : « Oui, il y a des zones de non-droit en France, il y a un déni de réalité » de la part du gouvernement

Pour le candidat à la primaire de la droite et du centre, il existe effectivement des zones de non-droit en France. Il y a selon lui « un déni de réalité » de la part du gouvernement. Bruno Le Maire a mis en avant un déficit du nombre de policiers et de gendarmes. "Il faut revenir aux effectifs de 2007 », a-t-il affirmé. Autrement-dit, le député LR pointe du doigt la suppression de 6 093 postes par l’ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy. En 2007, la police nationale comprenait 149.965 postes pourvus, cinq ans plus tard, il n'en restait que 143.872. Le chef du parti Les Républicains est ainsi directement visé. Bruno Le Maire le désigne responsable de cette baisse, et donc des manques de moyens auxquels les forces de l’ordre sont confrontées. Après l’agression de samedi dernier, le syndicat Alliance appelle les agents à la grève du zèle. « Lutter contre le trafic de stupéfiants, les vols, violences, c'est compliqué, ils sont trop nombreux et nous c'est pénurie d'effectifs sur le département", a indiqué Frédéric Lefebvre, délégué syndical de l'UNSA 91. 

Bruno LE MAIRE, député de l'Eure
©(c) Maxppp
Ajouter un commentaire