Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Contre les Gaulois de Sarkozy, Copé défend la nationalité d’adhésion

Jean-François Copé n’a pas aimé la sortie de Nicolas Sarkozy hier en meeting à Franconville. L’ancien président y a déclaré que « dès que l’on devient français, nos ancêtres sont gaulois ». Pour le député-maire (LR) de Meaux, c’est un peu plus compliqué que cela.

Nos ancêtres les gaulois ? Très peu pour Jean-François Copé. « Nos ancêtres sont ce qu’ils sont », a-t-il réagi hier soir sur iTélé. Le candidat à la primaire de la droite et du centre était interrogé sur la phrase lancée quelques heures plus tôt par Nicolas Sarkozy lors d’un meeting à Franconville (Val d’Oise). L’ancien président de la République a notamment déclaré : « Dès que l’on devient français, nos ancêtres sont gaulois ».

Nationalité d’adhésion

Jean-François Copé estime pour sa part que la filiation nationale ne se décrète pas. S’il prône la suppression du droit du sol, c’est pour lui « substituer une nationalité d’adhésion. » « Si vous êtes né de parents étrangers, en France, à ce moment-là, lorsque vous avez 18 ans, vous devenez français seulement sur la base d’une demande et si vous remplissez des conditions », a détaillé le député-maire de Meaux.

En fait de conditions, Jean-François Copé retient notamment le fait de maîtriser la langue française, d’avoir un casier judiciaire vierge ou encore d’adhérer aux valeurs de la République. En revanche il ne précise pas si les personnes qui ne respecteraient pas toutes ces conditions auraient vocation à quitter le territoire passés leurs 18 ans.

Contre les Gaulois de Sarkozy, Copé défend la nationalité d’adhésion
Jean-François Copé s'oppose aux Gaulois de Nicolas Sarkozy et défend la "nationalité d'adhésion" / ©iTélé
Ajouter un commentaire