Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Le débat parlementaire sur l'état d'urgence dérape après une phrase d'Éric Ciotti

Ce mardi 19 juillet, les députés examinaient des amendements du projet de loi de prorogation de l'état d'urgence. Le débat s'est envenimé et certains parlementaires ont perdu leur calme suite à une pique lancée par Éric Ciotti, obligeant le président de la Commission des Lois Dominique Raimbourg à suspendre les discussions.

Christian Jacob n'a pas été écouté. Le président du groupe LR à l'Assemblée nationale appelait mardi 19 juillet les élus LR au calme et à la "dignité", leur demandant de s'abstenir de tout "dérapage" lors du débat sur la prorogation de l'état d'urgence. Mais le même jour, la discussion de la Commission des Lois sur les amendements du projet de loi a dérapé. Le débat a viré au règlement de compte entre les différents élus. Tout a commencé lorsque le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti s'est plaint que la majorité "s'oppose à tous nos amendements de protection". "Vous voulez favoriser les sorties des personnes radicalisées dans la société", s'est-il alors emporté.

"Vous êtes des bisounours !"

En guise de réponse, un député socialiste lance au milieu d'autres désapprobations "quelle malhonnêteté intellectuelle". Éric Ciotti explique qu'il s'agit d'une "clarification" et menace de "demander des scrutins publics en séance" où la majorité "devra assumer ses responsabilités devant les Français". Le député (LR) des Alpes-Maritimes est alors soutenu par Pierre Morel-A-L'Huissier, député (LR) de la Lozère. Ce dernier lance aux députés de gauche : "Vous êtes des bisounours, vous n'avez toujours pas compris. Combien faudra-t-il de morts pour que vous compreniez ?". Alors que le président de la Commission des Lois Dominique Raimbourg indique que "des évolutions sont possibles", Jean-Yves le Bouillonnec, député (PS) du Val-de-Marne, s'insurge de "la manière de faire lamentable" de la droite.

"C'est du cinéma !"

Éric Ciotti lui demande alors : "Vous êtes là pour quoi Monsieur Le Bouillonnec ?". "C'est scandaleux, c'est du cinéma", fulmine Jean-Yves Bouillonnec. Dominique Raimbourg tente de mettre fin à la discussion, et s'écrit en tapant du poing sur la table : "Oooh ! Ici c'est moi qui préside !". On entend alors un "connard" dans la salle, tandis qu'Éric Ciotti s'irrite. "Je suis élu de la circonscription où il y a eu 130 morts et vous osez dire qu'on est là pour faire du cinéma ? Vous le répétez ? Et bien moi je quitte la séance", s'écrie le député des Alpes-Maritimes, au moment où le président de la Commission des Lois annonce une suspension de séance. Le projet de loi sur la prorogation de l'état d'urgence a finalement été adopté dans la nuit du 19 au 20 juillet par les députés à la quasi-unanimité (26 voix contre).

Le débat parlementaire sur l'état d'urgence dérape
Le débat en Commission des lois de l'Assemblée nationale a viré à la foire mardi 19 juillet / ©LCP
Ajouter un commentaire