Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Démission d'Emmanuel Macron : retour sur deux ans de phrases chocs

Emmanuel Macron démissionne de son poste de ministre de l'Économie ce mardi 30 août après des mois de rumeurs et de démentis. Retour sur deux années de phrases chocs au gouvernement.

Emmanuel Macron a décidé de démissionner. Le ministre de l'Économie va donc quitter Bercy après deux années passées au sein du gouvernement Valls II, notamment marquées par de nombreuses ruptures avec l'exécutif. Celui qui a lancé le mouvement "En marche !" a ainsi souvent fait grincer des dents la majorité.

  • Tout a commencé en septembre 2014, quelques jours à peine après sa prise de fonction. Interrogé sur le pouvoir d'achat, Emmanuel Macron a cité maladroitement l'exemple de la société Gad. "Il y a dans cette société une majorité de femmes qui sont pour beaucoup illéttrées", avait ainsi déclaré le ministre de l'Économie, avant de présenter ses excuses.
  • En octobre 2014, évoquant la libéralisation du marché des autocars grâce à la loi Macron, il s'était félicité que "les pauvres qui ne peuvent pas voyager voyageront plus facilement".
  • En janvier 2015, en déplacement au CES, ce fameux salon du high-tech de Las Vegas, il estimait important qu'il y ait "des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires", consternant une grande partie de la gauche.
  • Lors de l'université d'été du Medef 2015, Emmanuel Macron avait ouvertement remis en cause les 35 heures. "La gauche n'est pas exsangue de critiques particulières. Elle a pu croire à un moment que la France pourrait aller mieux en travaillant moins", avait déclaré celui qui se rendra de nouveau à l'université d'été de l'organisation patronale ce mercredi 31 août.
  • "La vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié, il ne faut jamais l'oublier, car il peut tout perdre, lui", avait lancé l'ex-ministre de l'Économie sur BFM TV en janvier 2016, entraînant de nombreux réactions virulentes.
  • Au Forum économique de Davos, il avait de nouveau remis en cause les 35 heures. "Contrairement à ce que beaucoup de nos amis étrangers pensent, on peut travailler plus de 35 heures en France, on travaille d'ailleurs 35 heures en France, et la moyenne doit être légèrement au-dessus de 37 heures", estime Emmanuel Macron.
  • En mai 2016, l'épisode du costard a fait un vértiable tollé. Pris à partie par des grévistes qui l'apostrophaient sur sa tenue, le pensionnaire de Bercy avait lancé : "La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler"
  • Sa dernière phrase choc remonte à sa visite au Puy du Fou, où il a rencontré Philippe de Villiers. Si son déplacement a suscité quelques critiques à gauche, c'est surtout son aveu qui n'a pas du tout plu à la majorité. "L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste", avait déclaré Emmanuel Macron.

Le futur d'Emmanuel Macron ne laisse que peu de doutes. Sur Amazon, il est désormais possible de pré-commander son livre, dont la sortie est prévue pour le 10 novembre 2016, Emmanuel Macron, en marche vers l'Élysée (éditions Plon). 

Emmanuel Macron ISF rien ne m'arretera blessé
Retour sur deux ans de polémiques signées Emmanuel Macron / ©maxppp
Ajouter un commentaire