Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Échange très tendu entre Laurent Wauquiez et Manuel Valls lors du débat sur l'état d'urgence

L'Assemblée nationale a voté la prolongation de 6 mois de l'état d'urgence dans la nuit du 19 au 20 juillet. Au cours du débat précédant le vote, Laurent Wauquiez et Manuel Valls ont eu un échange très musclé. Lorsque le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a expliqué qu'"il ne faut pas raisonner à droit constant avec les terroristes", le Premier ministre lui a répondu en le traitant d'"opportuniste".

Le torchon brûle entre Laurent Wauquiez et Manuel Valls. Les députés ont voté dans la nuit du 19 au 20 juillet la prolongation de l'état d'urgence de 6 mois (489 voix pour, 26 voix contre). Le débat s'est poursuivi jusque tard dans la nuit et l'Assemblée nationale a été le théâtre d'un nouvel affrontement verbal entre les deux hommes. Le Premier ministre avait dénoncé en juin 2016 le "cynisme" et la "démagogie" du député de la Haute-Loire au moment du Brexit. Manuel Valls s'était insurgé qu'un "ancien ministre des Affaires européennes nous dise que la proposition, c'est la suppression de la Commission". Le débat sur l'état d'urgence a ravivé les tensions entre les deux hommes ce mercredi 20 juillet très tôt dans la matinée.

"Vous n'avez toujours pas compris"

Comme plusieurs cadres des Républicains, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes défend l'enfermement des personnes suspectées de radicalisation. Il s'en prend alors directement au gouvernement, l'accusant de n'avoir "toujours pas compris". Laurent Wauquiez explique qu'"il ne faut pas raisonner à droit constant". Il demande au chef du gouvernement de "prendre les mesures qui permettent de s'adapter". Le député (LR) de la Haute-Loire s'écrit alors : "la vraie différence entre vous et nous, c'est que vous vous invoquez les libertés personnelles des terroristes, nous, nous disons qu'il n'y a pas de liberté pour les ennemis de la République". Des éclats de voix résonnent dans l'hémicycle alors que certains députés des Républicains applaudissent.

"Je ne me laisserai jamais entraîner par un opportuniste dans cette voie-là"

Quelques minutes plus tard, Manuel Valls prend la parole et répond directement au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. "La notion même de suspect, Monsieur Wauquiez, a entraîné ce pays, à des moments donnés, dans son histoire au cours de ces deux derniers siècles, dans le pire", s'insurge le Premier ministre. "Dans le pire !", insiste-t-il. "S'il y a, Monsieur Wauquiez, quelque chose qui nous sépare, de manière totale, irrémédiable, pas la gauche et la droite, mais vous, vous, et pas les autres, parce que je sais qu'il y a des républicains, c'est cette différence fondamentale de la démocratie et de la République", s'écrie alors Manuel Valls. Il conclut alors, sous les applaudissements de la gauche : "Je ne me laisserai jamais entraîner par un opportuniste dans cette voie-là". Le débat s'est poursuivi jusqu'à 4h53 avant que l'Assemblée nationale ne vote à la quasi-unanimité la prorogation de l'état d'urgence.

Échange très tendu entre Laurent Wauquiez et Manuel Valls lors du débat sur l'état d'urgence
Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes et le Premier ministre se sont violemment écharpés au cours du débat sur l'état d'urgence / ©BFM TV
Ajouter un commentaire