Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Eva Joly s’insurge contre l’arrivée de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs

Eva Joly ne digère pas l’arrivée de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs, annoncée pendant le week-end. La députée européenne dénonce une « capture de la décision politique par les intérêts privés. »

L’annonce est tombée pendant le week-end. L’ancien président de la Commission européenne de 2004 à 2014 José Manuel Barroso a été engagé comme conseiller par la banque d’affaires américaine Goldman Sachs.

Ce recrutement n’est pas du goût d’Eva Joly. La députée européenne du groupe Verts Alliance libre européenne estime qu’il s’agit d’un « très mauvais signal » adressé aux opinions publiques européennes. « C’est un scandale, c’est la capture de la décision politique par les intérêts privés », a-t-elle expliqué dans une interview aux Echos.

Barroso et Juncker : même combat

Eva Joly met d’ailleurs José Manuel Barroso dans le même panier que l’actuel président de la Commission Jean-Claude Juncker, qu’elle attaque dans son dernier livre Le loup dans la bergerie (Les Arènes), coécrit avec la journaliste du Monde Guillemette Faure. « Jean-Claude Juncker aussi représente beaucoup plus les intérêts des multinationales que des citoyens. C’est de cela dont meurt l’Union européenne. »

Eva Joly a annoncé que son groupe allait demander au Parlement européen que soit étendue à 36 mois, contre 18 aujourd’hui, la durée de l’interdiction de « pantoufler » (vendre au secteur privé une influence acquise dans le public) pour les hauts fonctionnaires européens.

José Manuel Barroso n’est pas le premier à céder aux sirènes du pantouflage. Déjà en mai, l’ex-commissaire européenne chargée de la concurrence puis des nouvelles technologies Neelie Kroes a fait son entrée au nouveau comité de conseil en politique publique d’Uber.

Indignation

L’arrivée de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs a suscité une vague d’indignation au sein de la classe politique. La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann réclame par exemple sur Twitter la suspension de la pension versée par l’UE à l’ancien président de la Commission. À droite, Nicolas Dupont-Aignan juge que « Goldman Sachs est devenu le 28e État de l’UE », tandis qu’au Front national Marine Le Pen affirme que ce recrutement n’a « rien d’étonnant pour ceux qui savent que l’UE ne sert pas les peuples mais la grande finance. »

Eva Joly s’insurge contre l’arrivée de Manuel Barroso chez Goldman Sachs
Eva Joly dénonce le recrutement de José Manuel Barroso par Goldman Sachs / ©Les Echos
Ajouter un commentaire