Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Florian Philippot tacle Manuel Valls et ses propositions

Dans une interview au Monde parue ce vendredi, Manuel Valls liste une série de propositions pour lutter contre le terrorisme en France. Des mesures démontées une à une par Florian Philippot au micro d’Europe 1. Le vice-président du FN estime que ses mesures ne valent "pas grand-chose"

"On le demande depuis des années, c’est bien que ça commence à pénétrer chez ces gens-là !" Premier tacle de Florian Philippot à Manuel Valls. Le vice-président du Front National réagissait à l’une des mesures proposées par le Premier ministre dans une interview au Monde, à savoir l’interdiction temporaire de financement étranger des mosquées. Mais outre cette mesure, il estime d’une manière globale qu’il n’y a "pas grand-chose" dans les propositions de Manuel Valls. Pour lui, il faut être plus ferme et aller plus loin : "Pourquoi temporaire ? C'est un principe : on ne peut pas accepter de voir des mosquées en France financées par l'Arabie Saoudite, la Turquie, le Qatar ou les puissances du Maghreb qui se font d'ailleurs une concurrence entre elles. Tout cela est forcément malsain, voire dangereux, du fait de l'orientation de certains de ces pays, notamment du fait qu'ils vont vers le salafisme, et je crois que nous avons intérêt à prendre cette décision" a-t-il expliqué.

Et de deux !

Autre mesure, autre tacle, alors que Manuel Valls reconnait à demi-mot l’échec du bracelet électronique. Dans la même interview, il évoque l'un des deux auteurs de l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : "Son placement sous contrôle judiciaire avec assignation à résidence sous surveillance électronique, initialement ordonné par un juge d’instruction spécialisé dans le djihadisme, a été confirmé en cour d’appel par trois juges, également expérimentés. C’est un échec, il faut le reconnaître". Mais pour Florian Philippot, le mea culpa ne suffit pas : "Normalement quand on est responsable politique, on en tire les conséquences en présentant sa démission. En tout cas c’est comme ça que ça fonctionne dans les autres démocraties du monde…"

Outre Manuel Valls, l’élu FN a également pointé du doigt la responsabilité de Nicolas Sarkozy: "On a appliqué la solution prônée une semaine avant par Sarkozy, c’est-à-dire le bracelet électronique. Je suis désolé, c’est une solution laxiste qui est extrêmement dangereuse."

Florian Philippot tacle les propositions de Manuel Valls
Pour Florian Philippot, les propositions de Manuel Valls pour lutter contre le terrorisme sont insuffisantes / ©maxppp
Ajouter un commentaire