Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

François Hollande réitère son soutien à Manuel Valls et à Bernard Cazeneuve

En visite auprès de militaires de l'opération Sentinelle à Vincennes, François Hollande a pris la défense de son gouvernement, et notamment de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Le chef de l'État estime en effet que le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur "ont eu raison d'en appeler à la dignité", et demande à "laisser la justice travailler en toute indépendance".

Si l'union nationale a du mal à exister, François Hollande a remis l'union gouvernementale au goût du jour. En déplacement ce lundi 25 juillet à Vincennes auprès de militaires de l'opération Sentinelle de sécurité intérieure, le président de la République a affirmé son soutien à son équipe gouvernementale, avec en premier lieu Manuel Valls et Bernard Cazeneuve. Le Premier ministre a reproché à Christian Estrosi de lancer des "polémiques politiques", tandis que Bernard Cazeneuve est accusé de "mensonge" par Libération et par une partie de l'opposition. Le chef de l'État, qui a annoncé des compensations financières pour les militaires de l'opération Sentinelle, est alors venu à leur rescousse.

"C'est la justice qui doit établir la vérité, et personne d'autre"

"La vérité et la transparence sont essentiels dans une démocratie", a rappelé François Hollande, affirmant que "la vérité et la transparence seront établis car les Français le demandent et les familles l'exigent". Mais le chef de l'État a souligné que "c'est la justice qui doit établir la vérité, et personne d'autre". Cette déclaration intervient au moment où la policière chargée de la vidéosurveillance à Nice dénonce "des pressions" de la part du cabinet du ministre de l'Intérieur. Sandra Bertin affirme en effet avoir été "harcelée téléphoniquement" pour fournir "une version modifiable" de son rapport, ce que Bernard Cazeneuve dément formellement.

"Nous devons laisser la justice travailler en toute indépendance"

"Un débat est toujours légitime quand il se produit une attaque, un attentat", souligne François Hollande. Le président de la République estime que "nous devons laisser la justice travailler en toute indépendance". "Il ne peut pas y avoir de polémique ou d'affrontement", a ensuite déclaré le chef de l'État, avant de prendre la défense de son équipe gouvernementale. "C'est pourquoi le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont eu raison d'en appeler à la dignité, à la responsabilité tout en garantissant la transparence", estime François Hollande. Au cours de son discours, le président de la République a de nouveau appelé à la "cohésion nationale" face à l'attentat de Nice du 14 juillet, malgré les polémiques qui se multiplient contre l'exécutif.

François Hollande réitère son soutien à Manuel Valls et à Bernard Cazeneuve
Le chef de l'État a exhorté chacun à "laisser la justice travailler en toute indépendance" / ©Élysée
Ajouter un commentaire