Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Gouvernement : « Je n'y serais pas resté bien plus longtemps » affirme Benoît Hamon

Exclu du gouvernement de Manuel Valls en 2014, Benoît Hamon est revenu sur son départ du ministère de l'Éducation nationale. Loin de lui l’idée de regretter ce choix, « je n'y serais pas resté bien plus longtemps » a-t-il affirmé.

Ce lundi, Benoît Hamon était l’invité de Franceinfo. Le candidat à la primaire de la gauche pour la présidentielle de 2017 est revenu sur sa démission du gouvernement de Manuel Valls. Après seulement cinq mois à la tête du ministère de l'Éducation nationale, Benoît Hamon évoquait des désaccords profonds avec la politique menée par François Hollande. Arnaud Montebourg avait été le premier à donner sa démission, il a ensuite été suivi par Benoit Hamon et Aurélie Filippetti. Tous exigeaient un changement de cap basé sur la relance.  

Pour Benoit Hamon, il s’agissait avant tout d’un « divorce à l’amiable ». Une version remise en question si l’on en croit « Le bal des dézingueurs », écrit par les journalistes Laurent Bazin et Alba Ventura. Peu avant le remaniement, Arnaud Montebourg avait profité de la fête de la rose pour ironiser sur son désaccord face à la politique économique menée par François Hollande : « Je vais lui envoyer une bonne bouteille de la cuvée du redressement au président », avait-il lancé. Dans le livre, Manuel Valls avait confié aux journalistes, qu’à la suite de cet épisode, lui et le Président de la république avaient pris conjointement la décision de changer le gouvernement : « Nous décidons que ça ne peut plus durer. Dans la nuit, sa décision est prise. François me dit : 'Tu me remets ta démission et on refait le gouvernement ».

Pourtant Benoît Hamon est formel : il ne regrette pas son choix et continu de fustiger le gouvernement. « Vu la Loi Macron, el Khomri et puis l’épisode de la déchéance de la nationalité, je n’y serai pas resté bien plus longtemps », a affirmé le député PS des Yvelines.

Rassemblement
©(c) Maxppp
Ajouter un commentaire