Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

"Identité heureuse" : François Baroin tacle Alain Juppé

Alain Juppé est un fervent défenseur de "l'identité heureuse", une manière de saluer les réussites de l'intégration en France. Pour François Baroin, penser qu'il y a une "identité heureuse" est une "grave erreur".

Pour François Baroin, Alain Juppé est "naïf". Depuis plusieurs mois, le maire (LR) de Bordeaux défend le concept de "l'identité heureuse". Il vante ainsi "l'intégration" plutôt que "l'assimilation", défendue notamment par les sarkozystes. Le candidat à la primaire de la droite et du centre en tête dans les sondages appelle à "comprendre et accepter" le lien des immigrés à leur culture d'origine qui est "source d'une diversité qui enrichit notre patrimoine" dans un texte publié en septembre 2014. Dans son livre Tout pour la France, Nicolas Sarkozy démonte le concept défendu par Alain Juppé à travers une anaphore cinglante. "La seule identité qui m'importe, la seule légitime à mes yeux, c'est celle de la France", en conclut Nicolas Sarkozy.

"Il n'y a pas d'identité heureuse aujourd'hui"

Ce mercredi 24 août sur Europe 1, François Baroin, proche de Nicolas Sarkozy, a également fait part de ses sérieux doutes quant à une possible "identité heureuse". "L'addition des attentats a créé une peur, une inquiétude", explique le sénateur-maire (LR) de Troyes. "Le regard porté sur l'autre n'est pas le regard de bisounours aimables qui fait que lorsqu'il y a un signe ostensible ou ostentatoire, il peut y avoir de la riposte", ajoute le président de l'Association des maires de France. "Il n'y a pas d'identité heureuse aujourd'hui", tranche François Baroin. "C'est une grave erreur que de le penser, c'est une immense naïveté que de l'imaginer", argue ce soutien de Nicolas Sarkozy. Le débat sur l'identité nationale est donc déjà au coeur de la primaire de la droite et du centre.

Pour François Baroin, "c'est une grave erreur que de penser" qu'il y a une "identité heureuse" / ©Europe 1
Ajouter un commentaire