Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Jean-Christophe Cambadélis réprimande la droite (et Nicolas Sarkozy) sur le débat national

Invité ce vendredi 29 juillet sur LCI, Jean-Christophe Cambadélis a fustigé le comportement de la droite après les récents attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray. Le Premier secrétaire du Parti socialiste s'en est notamment pris à Nicolas Sarkozy et à Alain Juppé, qu'il accuse de ne "pas être à la hauteur de la situation".

Pour 78% des Français, la classe politique ne s'est pas montrée "digne et à la hauteur de la situation" après les récents événements, selon un sondage Odoxa pour France Info. Invité ce vendredi 29 juillet sur LCI, Jean-Christophe Cambadélis a reconnu que "la classe politique n'a pas été à la hauteur de la situation". "Le débat français est minable", juge le Premier secrétaire du Parti socialiste. S'il trouve que "la gauche s'est plutôt bien comportée", puisqu'"il n'y a pas eu beaucoup de critiques vis-à-vis de la politique gouvernementale", Jean-Christophe Cambadélis pointe du doigt la responsabilité de la droite dans cet abaissement du débat politique. Selon lui, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, candidats favoris à la primaire de la droite et du centre, en sont les principaux responsables.

"La primaire de la droite fausse l'ensemble du débat national"

"Je crois que la primaire de la droite fausse l'ensemble du débat national", fait remarquer le Premier secrétaire du Parti socialiste. "Pour gagner quelques parts de marché sur le plan électoral, les uns et les autres sont dans la surenchère, avec une main fébrile", analyse celui qui porte le projet de primaire à gauche. Jean-Christophe Cambadélis fustige notamment le comportement du président des Républicains au lendemain des attentats qui ont frappé la France au mois de juillet. Selon lui, "Nicolas Sarkozy profite de l'absence de Monsieur Juppé qui est en Polynésie pour tenter de s'imposer comme l'homme fort de la droite". "Ceci n'est pas à la hauteur de la situation", affirme le Premier secrétaire du Parti socialiste.

"Nicolas Sarkozy est omniprésent"

"Nicolas Sarkozy fait malheureusement de la politique sur un sujet où on devrait se rassembler", condamne Jean-Christophe Cambadélis. Il trouve que l'ex-chef de l'État "n'est pas loin des positions du Front national, sans aller sur ses positions-là, et puis après il nous dira qu'il est le rempart à la lutte contre le Front national". "On ne gagne pas une présidentielle en instrumentalisant la peur des Français", analyse le proche de François Hollande. Rappelons que l'ancien président de la République n'est pas encore officiellement candidat à l'élection présidentielle de 2017. "Nicolas Sarkozy parle alors que Juppé se tait", récapitule le Premier secrétaire du Parti socialiste, qui estime que "les deux candidats à la présidentielle ont deux stratégies différentes". "Le premier, c'est d'être omniprésent pour une omnisécurité, et le second c'est d'être évanescent", affirme-t-il. "Mais les deux attitudes ne sont pas à la hauteur de la situation", résume finalement Jean-Christophe Cambadélis.

 

 

Jean-Christophe réprimande la droite (et Nicolas Sarkozy) sur le débat national
Le Premier secrétaire du Parti socialiste estime que "le débat français est minable" et attaque la droite / ©LCI
Ajouter un commentaire