Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Jean-François Copé : "Si je ne l’emporte pas, je serai derrière celui qui l’emporte, même Nicolas Sarkozy"

Jean-François Copé n’est jamais avare de critiques et de petites attaques quand il s’agit de Nicolas Sarkozy. Fermement opposé à son rival dans la primaire de la droite et du centre, le député-maire de Meaux a pourtant indiqué ce vendredi 30 septembre sur France Info qu’il soutiendrait l’ancien chef de l’Etat s’il remportait la primaire.

Rassemblement à toute épreuve. L’heure est-elle à la solidarité et non plus aux règlements de comptes ? Invité ce matin sur France Info, Jean-François Copé a indiqué qu’il soutiendrait Nicolas Sarkozy, son ennemi favori, si l’ancien chef de l’Etat remportait la primaire de la droite et du centre. "Si je l’emporte, je n’aurais qu’une idée en tête, c’est de rassembler tout le monde, parce qu’il faudra aller très vite pour réconcilier la famille au nom des intérêts de la France", déclare le député-maire de Meaux. "Si je ne l’emporte pas, je serai derrière celui qui l’emporte… même si c’est Nicolas Sarkozy" prévient-il. "Pour une raison qui est simple (…) la perspective de voir la gauche refaire un deuxième candidat désastreux, là ce n’est pas possible, c’est l’intérêt de la France qui est en jeu. Ca l’emporte sur tout le reste", assène Jean-François Copé.

Un soutien à reculons de Jean-François Copé à Nicolas Sarkozy ?

Pourtant le député-maire de Meaux n’est pas en reste quand il s’agit de critiquer Nicolas Sarkozy ou de rappeler les ennuis judiciaires de l’ancien chef de l’Etat. Dans une longue interview accordée au journal Le Monde jeudi 29 septembre, Jean-François Copé revient sur l’affaire Bygmalion et tire à boulets rouges sur l’ex-patron des Républicains. "Bygmalion, ce n’est que l’histoire de la dérive d’une campagne. Je ne pouvais pas imaginer que l’UMP paye ! C’était leur campagne", déclare-t-il estimant avoir été "le coupable idéal, l’alibi parfait".  Il en remet une couche dans cette même interview. "Vous, quand vous dépassez de 15 km/h la limitation de vitesse, vous êtes renvoyé devant le tribunal. Lui, il voudrait que vous l’élisiez pour ne pas aller au tribunal !", a continué le candidat Copé. Un tacle parmi tant d’autres…Si Nicolas Sarkozy remporte la primaire, Jean-François Copé calmera-t-il ses attaques envers l’ancien chef de l’Etat ? 

Jean-François Copé :
Jean-François Copé a indiqué qu’il soutiendrait Nicolas Sarkozy si celui-ci remportait la primaire / ©maxppp
Ajouter un commentaire