Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Jean-Jacques Urvoas remet en cause la démarche de Sandra Bertin

Jean-Jacques Urvoas était l’invité de RTL ce lundi matin. Il est revenu sur les propos de Sandra Bertin, qualifiant cette polémique d’ "étonnante" et mettant en doute la démarche de la policière niçoise.

Après Bernard Cazeneuve et Manuel Valls, c’est au tour de Jean-Jacques Urvoas de s’exprimer sur les propos de Sandra Bertin, à l’origine de la polémique du moment. Cette policière niçoise, responsable de la vidéosurveillance de la ville affirme avoir reçu des pressions du ministère de l’Intérieur, pour qu’elle modifie son rapport sur le dispositif policier mis en place le soir du 14 juillet à Nice. De graves accusations qu’elle a portées dans Le JDD, et justement, c’est ce qui dérange le Garde des Sceaux : "On parle de faits qui ont eu lieu il y a dix jours et il faut ouvrir un hebdomadaire comme Le JDD pour qu'une fonctionnaire de la collectivité de Nice dise qu'elle aurait reçu des pressions. Comme c'est une fonctionnaire, elle connaît le Code de procédure pénale. Et dans le Code de procédure pénale, il y a l'article 40 qui dit que quand tout fonctionnaire est confronté à la manifestation d'un délit, alors ce n'est pas au JDD qu'elle doit en parler, mais au procureur de la République."

Leçon de droit

Jean-Jacques Urvoas s’interroge ainsi sur la manœuvre médiatique de la policière et sous-entend qu’elle n’aurait pas respecté la procédure judiciaire, tout en prenant la défense de Bernard Cazeneuve qui "fait son travail avec beaucoup de droiture et de conscience". Mais le ministre de la Justice ne s’est pas arrêté là. Après Sandra Bertin, c’est à Christian Estrosi qu’il s’en est pris. Ce dernier avait refusé de se plier à une demande de la justice de supprimer les images de vidéosurveillance pour en éviter la propagation. Le Garde des Sceaux a rappelé à l’ordre le 1er adjoint LR au maire de Nice: "Quand j'entends l'ancien futur ex-maire de Nice nous dire 'Je ne vais pas obéir à la réquisition judiciaire', mais figurez-vous que le fait de dire ça, c'est une infraction. Le Code de procédure pénale dit que quand on fait une réquisition judiciaire, celui qui ne le respecte pas est en infraction. C'est l'article R 641-1 du code de procédure pénale." Il a tenu à préciser par ailleurs, que les preuves n'avaient pas été détruites, mais qu'elles étaient toutes "en possession des magistrats".

Jean-Jacques Urvoas remet en cause la démarche de Sandra Bertin
Jean-Jacques Urvoas "étonné" par la polémique lancée par Sandra Bertin / ©RTL
Ajouter un commentaire