Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

L’autorisation des crèches par le Conseil d’État saluée à droite et au Front national

Le Conseil d’État a rendu une décision hier 9 novembre qui valide sous conditions l’installation de crèches dans les bâtiments publics. Plusieurs responsables politiques de droite et du Front national ont salué cette autorisation, même si certains en critiquent les modalités jugées trop sévères.

Une crèche ne peut être autorisée qu’à condition de respecter une série de critères : son installation doit être temporaire, et uniquement pendant les fêtes de fin d’année. Elle doit aussi présenter un "caractère culturel, artistique ou festif" et donc ne pas exprimer "la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse."

"Sagesse" et "bon sens"

Il y a encore d’autres conditions, mais dans l’ensemble la décision est saluée aussi bien chez Les Républicains que le Front national. Pour le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, qui a réagi sur Twitter, il s’agit d’une "reconnaissance forte de notre identité et de nos racines".

Le président du Conseil régional des Pays de la Loire Bruno Retailleau salue pour sa part une "décision de sagesse et de bon sens" tandis que la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer – soutien de François Fillon – se félicite de ce que "nos traditions perdurent."

Une "bonne nouvelle" pour Robert Ménard

Plus à droite, le maire de Béziers Robert Ménard se réjouit d’une "bonne nouvelle" et donne rendez-vous à ses administrés le 2 décembre dans le hall de sa mairie. Le sénateur-maire de Fréjus Front national David Rachline est satisfait : "Nos traditions sont respectées", écrit-il sur son compte Twitter.

Des conditions qui ne passent pas pour certains

Mais la décision du Conseil d’État ne fait pas l’unanimité pour autant. Le député Front national du Gard Gilbert Collard s’indigne des conditions imposées qui, selon lui, "nient notre histoire chrétienne."

Marion Maréchal Le Pen regrette aussi que le Conseil d’État "limite la possibilité d’installer des crèches en mairies". La députée du Vaucluse ajoute : "Nous devons protéger notre patrimoine chrétien via la Constitution."

Tout aussi insatisfait, Philippe de Villiers établit une parallèle avec le burkini : "En autorisant le burkini sans condition et les crèches avec des conditions, le Conseil d’État crée un nid à contentieux", juge sur Twitter le président du Mouvement pour la France.

L’autorisation des crèches par le Conseil d’État saluée à droite et au Front national
L'autorisation sous conditions des crèches dans les bâtiments publics est diversement appréciée par la droite et l'extrême-droite / ©maxppp
Ajouter un commentaire