Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

L’essentiel de l’interview du 14 juillet de François Hollande

François Hollande s’est prêté pour la dernière fois de son mandat à l’exercice de l’interview du 14 juillet. Le chef de l’État a défendu sa politique et n’a pas levé les doutes concernant sa candidature à sa propre succession.

Mis à mal par les révélations du Canard Enchaîné concernant le salaire de son coiffeur officiel, rémunéré près de 9 000 euros brut par mois, François Hollande s’est défendu en rappelant qu’il a réduit le budget de fonctionnement de l’Élysée de 109 millions d’euros en 2012 à 100 millions cette année. « Mon salaire a baissé de 30 %, a-t-il ajouté. Et on viendrait me chercher sur un sujet donc je ne suis pas le premier responsable ? »

Autre caillou dans la chaussure du président, le cas d’Emmanuel Macron a été partiellement éclairci par une prise de position plus ferme, même si aucune sanction n’a encore été prise à l’encontre du locataire de Bercy. « Dans un gouvernement il n’y a pas de démarche personnelle, encore moins présidentielle, a prévenu François Hollande. Respecter ces règles c’est rester au gouvernement, ne pas les respecter, c’est ne pas y rester. »

Concernant ses ambitions futures, François Hollande a toujours affirmé qu’il ne se représenterait pas si le chômage ne baissait pas. Le président n’a pas confirmé s’il briguerait ou non un second mandat, mais il a tout cas garanti que l’« inversion de la courbe » serait bien là.

L’occasion pour lui de donner les premiers axes de sa probable future campagne. « L’idée qui pourrait justifier d’aller devant les Français serait de faire en sorte que notre pays puisse être maître de son destin, qu’il y ait de la cohésion », a-t-il déclaré. François Hollande se pose également en rassembleur face à ses opposants : « Je regarde les propositions qui sont faîtes face à la gauche : proposition de dislocation républicaine, de séparation, d’opposition des Français entre eux, autour d’une identité crispée. »

Moins d’impôts si la croissance continue d’augmenter

Concernant les impôts, il s’est engagé à une nouvelle baisse pour 2017, à la condition toutefois que la croissance accélère en 2016. « Je ne ferai de baisse d’impôts pour l’année prochaine que si nous avons la certitude d’avoir une croissance supérieure à celle de cette année. Nous le saurons en septembre », a-t-il précisé, prévenant tout de même que le Brexit pourrait avoir des conséquences sur l’économie nationale. À ce titre, il s’est montré intransigeant à l’égard du Royaume-Uni qui « ne peut plus avoir dehors les avantages qu’il avait dedans. »

Sur le front de la sécurité, le chef de l’État a confirmé pour le 26 juillet prochain la fin de l’état d’urgence qui avait été mis en place le soir même des attentats du 13 novembre 2015. « On ne peut pas prolonger l’état d’urgence éternellement », a-t-il concédé.

L’essentiel de l’interview du 14 juillet de François Hollande
François Hollande a défendu son bilan à l'occasion de l'interview du 14 juillet / ©TF1
Mots clés
Ajouter un commentaire