Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Livre-confessions : François Hollande révulsé par Donald Trump

Dans le livre-confessions "Un président ne devrait pas dire ça", François Hollande ne cachait pas son rejet de Donald Trump. Nos confrères du Point dévoilent des extraits pour le moins sévères à l’égard du nouveau président américain.

Ecœurement. François Hollande s’est exprimé ce matin, à l’annonce de la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. Du bout des lèvres, il a félicité le candidat républicain. On apprend par nos confrères du Point, que bien avant cette victoire, François Hollande donnait déjà son sentiment sur Donald Trump. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne le portait pas dans son cœur. Il s’était exprimé à son sujet dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça." Le Point en livre des extraits pour le moins édifiants.

Sur le désormais nouveau président des Etats-Unis, François Hollande déclarait : "Donald Trump ? Il faut dire aux Français, vous voyez, Trump, c’est exactement ce que l’extrême droite pourrait faire demain." Et d’établir un net parallèle entre lui et la famille Le Pen : "Lui, ce qui l'anime est la vulgarité. C'est un être, je trouve, dans tous les sens du terme, vulgaire. Comme pouvaient l'être des leaders populistes en Europe, qui sont fondés sur la vulgarité. Le Pen, les deux Le Pen sont vulgaires, le père encore davantage…" 

En juillet 2016, Manuel Valls dénonçait la "trumpisation des esprits." Une expression suggérée au Premier ministre, par le président lui même : "Je lui ai dit : il faut absolument l'utiliser. Avant, on parlait – c'est Badinter qui avait trouvé cette formule, et il n'avait pas tort – de la lepénisation des esprits. Mais la trumpisation, c'est la simplification, l'attaque contre les élites, la caricature du système, une espèce de provocation permanente, ce qu'on croit être la gaffe qui va l'éliminer définitivement et qui en fait le renforce… Rien ne l'arrête. Il faut dire aux Français, vous voyez, Trump, c'est exactement ce que l'extrême droite pourrait faire demain en France." 

Dans le livre-confessions, François Hollande revient également sur "cette dérive populiste et droitière qui semble gagner le monde occidental. Parce qu'avec Trump aux États-Unis, ce qui se passe en Pologne ou en Hongrie, même le référendum britannique, ou Erdogan en Turquie, et si on veut ajouter Poutine… On voit bien qu'une dérive autoritaire est en train de se produire."

Pour François Hollande, Donald Trump "ce qui l'anime c'est la vulgarité"

Déjà, François Hollande s’alarmait sur la vision de la France que semblait avoir Donald Trump : "Ce qu'a dit Trump sur la France, en disant finalement que la France connaissait le terrorisme parce qu'en réalité elle avait ouvert ses frontières et qu'elle en payait le prix… Et il a dit la même chose pour l'Allemagne… Qu'est-ce qui se passerait si Trump était élu président des États-Unis ? Il a dit lui-même qu'il contrôlerait davantage les Français… Cela veut dire que les États-Unis, majoritairement, le peuple américain, accepteraient une position isolationniste comme on l'a connue à d'autres époques, mais avant, l'isolationnisme américain c'était : nous ne voulons pas intervenir dans les affaires des autres, on a suffisamment à s'occuper de nous-mêmes, ce n'était pas rejeter les autres. Alors que pour Trump, c'est un isolationnisme au sens : on ne veut pas de vous…"

Le chef de l’Etat s’était également interrogé sur la façon dont Donald Trump pourrait gouverner : "Trump pense être le candidat anti-système. Mais dès qu'il va être président, s'il l'était, les États-Unis seraient LE système. Le système d'ailleurs le pire, le système d'oppression, de domination, de mépris, etc. Je pense que les Américains ont le même problème que nous, moins les institutions : déclassement des catégories moyennes, peur de l'immigration, raidissement moral, les musulmans…" Des propos qui aujourd’hui pourraient nettement venir ternir l’entente franco-américaine. 

Livre-confessions : François Hollande révulsé par Donald Trump
François Hollande avait vivement critiqué Donald Trump dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça." / ©maxppp
Ajouter un commentaire