Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

"Lobbies sionistes" : Jean-Frédéric Poisson demande "pardon"

Après ses propos controversés sur "la soumission aux lobbies sionistes" d’Hillary Clinton, le candidat à la primaire de la droite et du centre demande "pardon" ce matin sur France Info. La Haute autorité de la primaire de la droite lui avait laissé jusqu’à demain pour s’excuser.

Dans un entretien à Nice-Matin daté du 19 octobre, Jean-Frédéric Poisson affirmait que "la proximité de Mme Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France." Des propos qui ont provoqué un véritable tollé.  Le Crif avait demandé une "sanction exemplaire" contre Jean-Frédéric Poisson. De son côté, son adversaire à la primaire de la droite et du centre, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait saisi la Haute autorité, estimant que ses déclarations n’étaient  "ni dignes ni compatibles avec les valeurs" de la droite et du centre.

Jean-Frédéric Poisson craint une sanction

Ce matin, invité sur France Info, le président du parti chrétien-démocrate, a demandé "pardon" aux personnes qu’il a pu blesser : "Les propos que j'ai prononcés ont provoqué de l'inquiétude et de la peur chez beaucoup de personnes membres de la communauté juive en France. J'en suis désolé. Je leur demande pardon pour ça parce que ce n'était pas mon intention de blesser. Je n'ai pas de haine à l'égard de quiconque et certainement pas d'eux." Et le député des Yvelines a conclu ainsi : "C'est bien plus que des excuses."

Une dernière phrase qui semble directement adressée à la Haute autorité de la primaire de la droite. L’organisation lui a laissé jusqu’à demain pour s’excuser. Les membres de la commission doivent se réunir à la demande de son président Thierry Solère et jugeront ainsi de la pertinence de ses excuses. Ils décideront par la suite, d’engager ou non, une procédure d’exclusion à l’encontre du candidat. Parmi ses adversaires, Bruno Le Maire et François Fillon ont fait savoir qu’ils s’opposaient à son exclusion.

Marion ROUYER

Le candidat à la primaire de la droite et du centre s’est exprimé ce matin / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News