Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Manuel Valls : "Benoît Hamon, c’est le chantre de la fin du travail"

Arrivé en deuxième place au premier tour de la primaire organisée par le PS, Manuel Valls a accusé son rival Benoît Hamon d’être « le chantre de la fin du travail ».

Alors que Benoît Hamon a remporté le premier tour de la primaire à gauche avec 36,35 % des voix, Manuel Valls est arrivé second et comptabilise 31,11 %. Au lendemain des résultats, les deux hommes sont à présent lancé dans la bataille de l’entre-deux-tours. Sur le plateau du 20h de TF1 lundi soir, l’ancien Premier ministre s’en est pris à la proposition phare de Benoît Hamon : celle du revenu universel. 

Pour l’ancien Premier ministre, "Benoît Hamon, c’est le chantre de la fin du travail. Il explique qu’il va répartir un revenu universel à chacun et cela va se traduire par plus d’impôts et par la ruine de notre budget". Cette proposition est au cœur du débat sur la politique économique que doit mener le pays selon les deux rivaux. Manuel Valls en a fait sa cible privilégiée. Le coût estimé de la proposition de Benoît Hamon s’élèverait à 45 milliards d’euros et prévoit l’augmentation du RSA de 10 %, 600 euros versés tous les mois, ainsi qu’un revenu d’existence versé aux jeunes entre 18 et 25 ans. 

 

Le revenu universel "va se traduire par plus d’impôts et par la ruine de notre budget"

Manuel Valls a déclaré vouloir défendre "le sérieux budgétaire et la société du travail". L’ancien locataire de Matignon préfère quant à lui mettre en place un revenu décent sous conditions de ressources et qui serait proposé aux 18-25 ans. Le montant du versement pourrait aller jusqu’à 800 euros pour une seule personne. Mi-janvier, Manuel Valls avait annoncé que cette mesure coûterait 8 milliards. "Le choix est clair, les options sont claires, entre Benoît Hamon, que je respecte, bien évidemment, qui défend ses idées, mais dont je considère que le projet va semer le sable et les illusions", a-t-il considéré.  

par Coralie Deleplace 

Manuel Valls :
Manuel Valls : "Benoît Hamon, c’est le chantre de la fin du travail" / ©Capture d'écran - TF1
Ajouter un commentaire