Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Manuel Valls recadre Ségolène Royal pour ses propos sur Notre-Dame-des-Landes mais ne la sanctionne pas

Invité de France Inter ce 26 octobre, Manuel Valls a défendu le bilan de François Hollande et s’est félicité de la forte baisse du chômage au mois de septembre. Le Premier ministre a aussi sévèrement recadré sa ministre de l’Environnement Ségolène Royal pour ses propos sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Alors que Valls est favorable au maintien du projet, Royal demande au contraire l’organisation d’un nouveau référendum local.

Ségolène Royal serait-elle intouchable ? La ministre de l’Environnement jouit en tous les cas d’une liberté de parole au sein du gouvernement dont peu de ses collègues peuvent se prévaloir. Delphine Batho, éphémère ministre de Jean-Marc Ayrault débarquée sans ménagement en 2013 pour cause de désaccord sur la politique budgétaire du gouvernement, pourrait en témoigner.

Mais Ségolène Royal pèse bien plus lourd sur l’échiquier politique. Et sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, elle fait clairement entendre sa différence avec le Premier ministre. Alors que Manuel Valls a affirmé à plusieurs reprises que le projet verrait bien le jour, conforté en cela par les résultats du référendum local organisé en juin dernier en Loire-Atlantique, Ségolène Royal, au contraire, n’exclut pas l’organisation d’un nouveau référendum.

Recadrage sans frais

Insupportable pour le Premier ministre, qui a donc une nouvelle fois recadré sa ministre ce 26 octobre sur France Inter. Selon lui, par ses prises de position répétées Ségolène Royal affaiblit l’autorité de l’État. "Ce n’est pas n’importe quelle personnalité, Ségolène Royal", a aussitôt convenu le chef du gouvernement, mais "on ne se met pas au travers de la démocratie et de la volonté des citoyens."

Pour Valls, le résultat du référendum empêche toute remise en question du projet d’aéroport : "Si ça ne se fait pas, ça veut dire que demain ceux qui parlent de démocratie directe, de démocratie participative, ne pourront plus en parler", a-t-il insisté. L’ancien maire d’Évry l’assure donc, il y aura "progressivement" évacuation de l’aéroport "à partir de cet automne".

Quant à Ségolène Royal, pourrait-elle être sanctionnée pour ses prises de position ? Sur France Inter, Patrick Cohen n'a pas posé la question.

Manuel Valls recadre Ségolène Royal pour ses propos sur Notre-Dame-des-Landes mais ne la sanctionne pas
Ségolène Royal n'est pas sanctionnée par Manuel Valls alors qu'elle s'oppose à lui sur la question de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes / ©maxppp
Ajouter un commentaire