Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy défend la baisse des effectifs dans la police durant son quinquennat

Invité par Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce jeudi 27 octobre, Nicolas Sarkozy est notamment revenu sur la grogne des policiers qui dure depuis plus d’une semaine maintenant. Accusé d’avoir baissé les effectifs des forces de l’ordre alors qu’il était président de la République, le candidat à la primaire de la droite et du centre s’est défendu.

Contre-attaque. Depuis dix jours maintenant, les forces de police défilent dans les rues de la capitale et des grandes villes pour manifester leur ras-le-bol. Parmi leurs revendications, celle d’augmenter leurs effectifs. Nicolas Sarkozy, qui est pointé du doigt par les policiers sur ce sujet, se défend ce jeudi. Sur BFMTV, l’ancien chef de l’État a rejeté les accusations de baisse des effectifs réalisées sous sa présidence. "Il fallait faire des économies en temps de crise, il fallait réduire les effectifs dans la fonction publique", indique- t- il.  

Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (entre 2007 et 2012),  1200 postes de policiers et de gendarmes ont été supprimés. "La lutte contre l’insécurité n’est pas une question d’effectifs. Quand on ne punit pas les multirécidivistes et qu’on applique la politique de Madame Taubira, ce n’est pas une question d’effectifs", continue le candidat à la primaire de la droite et du centre.

Nicolas Sarkozy favorable à la présomption de légitime défense pour les policiers

Sur BFMTV toujours, le candidat Sarkozy a exposé certaines de ses mesures en faveur des policiers. Il se déclare ainsi en faveur de la présomption de légitime défense (une mesure demandée par les forces de l’ordre)  pour "qu’on ne mette pas sur le même plan les délinquants et les policiers". "Je crois nécessaire que chaque policier ait une arme non létale (…), c’est pour ça que j’avais généralisé l’emploi des tasers" indique Nicolas Sarkozy. Pour lui, "la solution sera d’équiper de caméras tout policier en intervention".

Mercredi, le gouvernement a annoncé une série de mesures dont une enveloppe de 250 millions d’euros pour répondre au ras-le-bol des policiers. 

Nicolas Sarkozy défend la baisse des effectifs dans la police durant son quinquennat
Nicolas Sarkozy explique que pour des raisons économiques, il a dû réduire les effectifs dans la police / ©maxppp
Ajouter un commentaire