Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy explique pourquoi il n'a pas tenu sa promesse "d'arrêter la politique"

Le 8 mars 2012, Nicolas Sarkozy affirmait : "Si je perds, j'arrête la politique". Malgré sa défaite face à François Hollande en mai 2012, Nicolas Sarkozy est candidat à l'élection présidentielle de 2017. Invité sur RTL ce lundi 29 août, il explique pourquoi il n'a pas tenu sa promesse.

Nicolas Sarkozy ne pouvait pas faire autrement. Le 8 mars 2012, l'ancien président de la République, alors candidat à sa propre succession, confirmait sur BFM TV des propos tenus en privé : "Si je perds, j'arrête la politique". "Si les Français devaient ne pas me faire confiance, est-ce que vous croyez vraiment que je devrais continuer dans la vie politique ? La réponse est non", avait-il expliqué. Nicolas Sarkozy, défait par François Hollande au second tour de l'élection présidentielle de 2012, s'était alors retiré de la vie politique. Un retrait provisoire puisque dès septembre 2014, il se déclarait candidat à la présidence de l'UMP, poste qu'il a occupé à partir de décembre 2014. Avant de se porter candidat à la primaire de la droite et du centre afin d'être le candidat de la droite à l'élection présidentielle de 2017. Invité sur RTL ce lundi 29 août, l'ex-chef d'État explique pourquoi il n'a pas tenu sa promesse. Selon lui, c'est qu'il n'a pas eu d'autre choix.

"J'étais parfaitement sincère"

"J'avais dit que j'arrêtais la politique, je l'ai arrêtée", affirme Nicolas Sarkozy. "J'étais parfaitement sincère", explique-t-il, avant d'expliquer son revirement. "Au bout de deux ans et demi, j'ai vu mon parti d'alors, l'UMP, qui s'effondrait, monsieur Fillon et monsieur Copé qui se déchiraient, madame Le Pen qui triomphait", raconte l'ex-chef d'État. "Il a fallu que je reprenne le travail, que je redresse ma formation politique", poursuit celui qui a endossé le rôle de président de l'UMP puis des Républicains de décembre 2014 à août 2016. Avant de se congratuler : "Dix-huit mois après, elle est devenue la première formation politique de France. J'ai rassemblé mes amis, nous avons gagné les départementales, nous avons gagné les régionales, nous avons rétabli la situation financière du parti".

Nicolas Sarkozy explique que ce ne fût pas pour autant une décision facile. "Croyez-moi, j'étais très heureux dans ma vie d'avant, mais puisqu'un défi se présente, que ce défi s'appelle la France, Tout pour la France (titre du livre dans lequel il a déclaré sa candidature, ndlr), j'ai bien l'intention de le mener de toutes mes forces", conclut-il. Nicolas Sarkozy a également annoncé qu'il n'attaquerait pas personnellement ses adversaires à la primaire de la droite et du centre. "Je m'y engage d'autant qu'après les primaires, il va falloir rassembler tout le monde et qu'il y aurait un parfait ridicule de se déchirer [...] pour appeler ensuite dans un bal des hypocrites à se retrouver sur une tribune", explique le candidat à l'élection présidentielle de 2017.

Nicolas Sarkozy explique pourquoi il n'a pas tenu sa promesse
Nicolas Sarkozy explique le non-respect de sa promesse de 2012 d'arrêter la politique / ©RTL
Ajouter un commentaire