Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy ne croit pas "à la fable des électeurs de gauche qui viendraient voter à la primaire de la droite"

Nicolas Sarkozy dit qu'il ne craint pas la participation des électeurs de gauche à la primaire de la droite et du centre. Pour lui l'hypothèse relève de la "fable."

Nicolas Sarkozy est sans doute le candidat de la primaire de la droite et du centre qui a le plus à perdre de la participation des électeurs de gauche à cet exercice démocratique d’un genre nouveau à droite. Pour éliminer l’ancien chef de l’État, un grand nombre de sympathisants socialistes iraient voter délibérément à la primaire en faveur d’Alain Juppé, favori des sondages et jugé moins clivant.

L’hypothèse a le don d’agacer Nicolas Sarkozy, qui s'efforce de la minimiser tant qu’il peut. Face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC et en réponse à la question d’un auditeur sarkozyste qui redoutait que des électeurs de gauche ne viennent « voler » son candidat à l’électorat de droite, Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il ne croyait « pas une minute à la fable des électeurs de gauche qui viendraient voter à la primaire de la droite. »

Il faudra payer et faire la queue

"Pour voter, il faudra signer une charte indiquant sur l’honneur qu’on partage les valeurs républicains de la droite et du centre, a-t-il rappelé. Ensuite il faudra payer deux euros, faire la queue et devant tous les médias afficher son appartenance à la droite ou au centre." Autant de contraintes qui devraient limiter l’afflux d’électeurs de gauche selon lui.  

La porte est ouverte pour les électeurs FN

En revanche, Nicolas Sarkozy ne ferme pas la porte aux électeurs Front national qui souhaiteraient participer au vote. Il les appelle même à revenir dans le giron des Républicains, qu’ils seraient nombreux à avoir quitté : "Avant d’avoir voté pour Marine Le Pen, ils votaient pour nous, on les a déçus, je les ai déçus, et je les encourage à voter pour nous."

Des propos qui lui ont aussi donné l’occasion de rappeler qu’en toute circonstance il appellerait à voter contre le FN. À Jean-Jacques Bourdin il a admis qu’en cas de duel entre Marine Le Pen et François Hollande au second tour de l’élection présidentielle il voterait pour candidat socialiste, même si ce ne serait "pas de gaieté de cœur."

Nicolas Sarkozy ne croit pas
Pour Nicolas Sarkozy, les électeurs de gauche ne viendront pas voter à la primaire de la droite et du centre / ©maxppp
Ajouter un commentaire