Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy pas “fair-play” selon Jean-François Copé

Ce vendredi matin, Jean-François Copé était l’invité d’Europe 1 et il ne s’est pas gêné pour tacler à plusieurs reprises l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy. De la question de la sécurité à la primaire de la droite et du centre, morceaux choisis des piques du député-maire de Meaux.

Les oreilles de Nicolas Sarkozy ont dû siffler... Car ce vendredi, dans la bouche de Jean-François Copé, pas de jolis compliments, mais plutôt des tacles à tout va et sur tous les sujets. Le présentateur Samuel Etienne a, par exemple, interrogé le député-maire de Meaux sur la dernière indiscrétion concernant Les Républicains. Lors d’une récente réunion des parlementaires au siège du parti, Nicolas Sarkozy aurait tancé Jean-François Copé : "On ne peut pas laisser dire que depuis 20 ans droite et gauche, c’est pareil !" aurait rétorqué l’ancien président, faisant allusion à des propos de Jean-François Copé sur les mauvais résultats de la France en matière de sécurité. Réponse du principal intéressé ce matin au micro d’Europe 1 : "Nicolas Sarkozy a toujours beaucoup de mal à supporter qu’on ne soit pas tout à fait d’accord avec lui. C’est dommage car ce sont des débats qui sont pour l’avenir. Qu’est-ce qui compte ? C’est l’avenir, pas le passé !"

Et de deux !

Visiblement remonté contre le chef de son parti, Jean-François Copé ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Autre sujet, autre pique, concernant la primaire de la droite et du centre. Jeudi, la Haute Autorité pour la primaire a donné tort à Nicolas Sarkozy en décidant du vote électronique pour tous les Français de l’étranger. Réaction de Jean-François Copé : "Ce que je regrette surtout, c’est que les conditions d’organisation ne sont pas très fair-play. Il y a de la part de l’équipe de Nicolas Sarkozy une volonté délibérée de bloquer le jeu et je le regrette". Avant d’ajouter quelques instants plus tard : "Nous avons changé d’époque, et donc ceux qui ont été désavoués par le passé doivent entendre ce message…" On est loin de l’ambiance du 10 juin dernier, quand Jean-François Copé déclarait à qui voulait l’entendre que Nicolas Sarkozy et lui étaient réconciliés, soulignant au passage « des convergences fortes » entre eux. Le quotidien Le Canard Enchaîné avait même révélé qu’en cas de victoire à la présidentielle 2017, Nicolas Sarkozy pensait au maire de Meaux pour prendre la tête du ministère de la Défense. Le poste pourrait bien lui échapper…

Nicolas Sarkozy manque de fair-play pour Jean-François Copé
Pour Jean-François Copé, Nicolas Sarkozy manque de fair-play / ©maxppp
Ajouter un commentaire