Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Parti chrétien-démocrate Parti écologiste Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy : "Qu'on arrête de nous rebattre les oreilles avec le principe de précaution"

Nicolas Sarkozy enfonce le clou. Après s'être prononcé hier au siège des Républicains en faveur de "mesures d'assignation à résidence et de rétention pour les individus soupçonnés des agissements les plus dangereux", l'ancien président de la République a détaillé dans une interview au Figaro les mesures qu'il entend mettre en oeuvre pour lutter contre le terrorisme.

Il a notamment préconisé la mise à l'isolement des détenus en prison et leur placement sous écoute permanente dans leur cellule, ainsi que l'instauration d'un "service de renseignements des prisons" et le rattachement des gardiens de prison au ministère de l'Intérieur, et non plus à celui de la Justice.

Assignation à résidence

Surtout, Nicolas Sarkozy demande "l'assignation à résidence de toute personne suspectée de connexions directes ou indirectes avec des activités terroristes et le recours à un bracelet électronique pour suivre cet individu en permanence." "Qu'on arrête de nous rebattre les oreilles avec le principe de précaution lorsqu'on n'est pas capable d'appliquer le principe de précaution à la sécurité des Français", avait-il déjà lancé à la tribune des Républicains.

Depuis l'assassinat d'un couple de policiers à Magnanville, ce sont d'ailleurs l'ensemble des ténors de la droite qui réclament davantage de fermeté. Cités par Le Monde, les candidats à la primaire François Fillon et Alain Juppé ont, eux aussi, durci leur position. Estimant que "le meurtrier aurait dû être mis hors d'état de nuire", François Fillon a ainsi affirmé que "les condamnés pour terrorisme doivent faire de la prison ferme, sans aucun sursis ou mise à l'épreuve." De son côté, Alain Juppé a réclamé la création d'un police pénitentiaire et un renforcement des moyens des services de renseignements.

Nicolas Sarkozy :
Nicolas Sarkozy réclame des "mesures d'assignation à résidence et de rétention pour les individus soupçonnés des agissements les plus dangereux" / ©capture d'écran les Républicains
Ajouter un commentaire
Breaking News