Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Déjà Vu

Nicolas Sarkozy s'arrange avec les chiffres de la Cour des Comptes sur les effectifs de sécurité

Invité au 20 heures de TF1, Nicolas Sarkozy s'est exprimé sur l'attentat du 14 juillet à Nice. Pour l'ex-chef de l'État, qui cite un rapport de la Cour des Comptes, "les effectifs de sécurité entre 2012 et 2015 ont diminué de 868 effectifs". Sauf que le président des Républicains a quelque peu transformé les chiffres de la Cour des Comptes.

Les bons comptes font les bons amis. Nicolas Sarkozy était l'invité d'Audrey Crespo-Mara dimanche 17 juillet au 20 heures de TF1. L'ex-chef de l'État a longuement été interrogé sur l'attentat de Nice qui a fait 84 morts le 14 juillet dernier. Le président des Républicains a ainsi estimé que "tout ce qui aurait pu être fait depuis 18 mois ne l'a pas été". Nicolas Sarkozy, qui n'a toujours pas annoncé sa candidature à la primaire de la droite et du centre, s'est ensuite exprimé sur les effectifs de sécurité. Citant un rapport de la Cour des Comptes, il estime que "si monsieur Hollande trouvait que depuis 4 ans il n'y a pas assez de policiers, il avait tout le loisir de les engager".

868 postes supprimés entre 2012 et 2015. Vraiment ?

L'ancien président de la République annonce tout d'abord s'appuyer sur "un rapport de la Cour des Comptes sorti il y a quelques semaines". "Pas moi, la Cour des Comptes", insiste-t-il. Nicolas Sarkozy explique que "les effectifs de police et de gendarmerie entre 2012 et décembre 2015 ont diminué de 868 effectifs". Sauf que l'ex-chef de l'État s'est bien arrangé avec le rapport de la Cour des Comptes. En effet, la période d'étude s'étend de décembre 2011 à décembre 2015, englobant la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Surtout, cette période prend en compte la suppression de plus de 3000 postes décidée par la droite fin 2011. De plus, certains postes peuvent avoir été transférés vers d'autres missions sans que cela veuille dire que des postes ont été supprimés. Autrement dit, il peut y avoir des variations dans les chiffres sans qu'il y ait eu création ou suppression de postes.

Un chiffre néanmoins loin des 9000 postes promis

François Hollande s'était engagé à créer 9000 postes de policiers et gendarmes au cours de son quinquennat. Sur la période 2012-2015, le solde est largement négatif. Selon la Cour des Comptes, le schéma d'emploi exécuté en 2012 s'est traduit par une baisse de 1995 policiers et 1530 gendarmes. Mais ce chiffre prend en compte les suppressions massives de 2012 décidées fin 2011. Si on considère la période 2013-2015, le solde devient positif avec une création globale de 1785 postes. Ce chiffre est bien loin des 9000 postes annoncés, mais est au-dessus de celui annoncé par Nicolas Sarkozy. Dans un communiqué daté du 3 juin, Les Républicains annonçaient également cette baisse d'effectif de 868 postes en s'appuyant sur le même rapport de la Cour des Comptes.

Nicolas Sarkozy s'arrange avec les chiffres de la Cour des Comptes sur les effectifs de sécurité
L'ex-chef de l'État a dénoncé une "baisse des effectifs de sécurité entre 2012 et 2015" / ©TF1
Ajouter un commentaire