Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Notre-Dame-des-Landes : Le gouvernement renonce à évacuer la ZAD, la droite crie au scandale

L’entourage du Premier ministre a annoncé le report de l’évacuation de la ZAD de Notre-Dames-des-Landes pourtant prévue ‘’cet automne’’ par Manuel Valls. Alors que les écologistes se félicitent de cette décision, la droite est vent debout pour fustiger l’inaction et la lâcheté du gouvernement.

Manuel Valls avait annoncé l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ‘’cet automne’’, laissant présager le départ des zadistes avant la fin décembre, il n’en sera rien. Le nouveau Premier ministre fraîchement nommé, Bernard Cazeneuve, a fait savoir dans un communiqué vendredi 9 décembre que l’évacuation était reportée jusqu’à nouvel ordre, et certainement après le quinquennat de François Hollande.

L’ombre du décès de Rémi Fraisse, jeune militant tué d’une grenade lancée par un gendarme en octobre 2014, laisse planer le risque d’affrontements violents entre zadistes et forces de l’ordre.  Matignon avance également vouloir discuter avec l’Union Européenne pour éviter tout contentieux sur le projet controversé d’aéroport. ‘’Le cadre d’une intervention doit être maîtrisé. Nous devons avant tout clarifier une situation de précontentieux avec la Commission Européenne, fait savoir l’entourage de M. Cazeneuve. Pendant que nous interrogeons l’UE, nous examinons les conditions opérationnelles d’engagement des forces dans un contexte de menace terroriste élevée’’. Comprendre : mieux vaut utiliser les forces de l’ordre pour assurer la sécurité des citoyens que de les envoyer à NDDL.

‘’C’est un manque de courage total’’

L’annonce de ce nouveau report, malgré la consultation citoyenne qui avait donné raison au projet de transfert de l’aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes (à 55%), a indigné la classe politique à droite. Bruno Retailleau, président du conseil régionale des Pays de la Loire dénonce sur Europe 1 ce samedi ‘’un manque de courage total’’. ‘’Le résultat du référendum a été clair et net pour le transfert de l’aéroport à NDDL. C’est une gifle pour le peuple’’, dénonçait-il sur RTL.

Le résultat du référendum a été clair et net pour le transfert de l'aéroport à #NDDL. C'est une gifle pour le peuple. #RTLSoir @RTLFrance

Au sein des Républicains, les réactions sont unanimes et pointent un manque d’autorité de l’État. ‘’Un gouvernement piteux incapable d’évacuer les zadistes organisés militairement’’, rage Dominique Bussereau sur Twitter. Pour Eric Ciotti, ‘’en renonçant à évacuer la ZAD, le gouvernement renonce définitivement à rétablir l’autorité de l’État qu’il a tant abimée pendant 5 ans’’.

#nndl Un Gouvernement piteux incapable d'évacuer les zadistes organisés militairement +@RoyalSegolene à la tâche pour détruire unprojet de +

Les écolos se félicitent, le PS se fait discret

Chez les écologistes en revanche, l’annonce de ce nouveau report est le signe qu’il faut définitivement abandonner le projet d’aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Le candidat EELV pour l’élection présidentielle, Yannick Jadot, se désole de voir encore d’actualité un projet envisagé depuis 1963, sans résultats. ‘’Ceux qui s’accrochent à NDDL défendent un projet qui date de Pompidou, regardons plutôt l’avenir et faisons des économies’’, plaide-t-il sur Twitter.

Ceux qui s'accrochent à #NDDL défendent un projet qui date de Pompidou, regardons plutôt l'avenir et faisons des économies pic.twitter.com/aIXTc6yFhy

Le PS, lui, se fait plus discret, même sur les réseaux sociaux. Au sein même du gouvernement, le projet d’aéroport fait débat et avait donné lieu à de violents affrontements entre Manuel Valls, alors Premier ministre, et Ségolène Royal, ministre de l’Écologie. Sur France 3 au mois d’octobre, la ministre avait d’ailleurs appelé à organiser un second referendum en Loire-Atlantique

 

Bruno Retailleau - François Fillon
Après le report de l'évacuation de la ZAD de NDDL, la droite crie au scandale / ©maxppp
Ajouter un commentaire