Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Présidentielle 2017 : François Fillon contrôle-t-il ses troupes ?

La multiplication des couacs de communication au sein de son équipe de campagne pose de sérieux problèmes à François Fillon. L’ancien Premier ministre s’efforce d’y remédier en coordonnant les prises de parole.

François Fillon doit-il remettre de l’ordre dans son équipe de campagne ? Depuis sa victoire à la primaire de la droite et du centre, ses porte-paroles ont à plusieurs reprises montré leur connaissance lacunaire du programme. Le 6 janvier, Éric Woerth a par exemple dû recadrer Gérald Darmanin sur la mesure visant à instaurer les 39 heures dans la fonction publique, le maire de Tourcoing ayant affirmé à tort que les fonctionnaires seront payés 39 heures travaillées 39. Déjà en décembre, Jérôme Chartier avait été bien en peine de dire en quoi consistera exactement la réforme de la Sécurité sociale, expliquant à propos des petits risques qui resteraient pris en charge par la désormais fameuse phrase : "Ça dépend quel rhume."

Trop de porte-paroles

Il faut dire que les personnalités habilitées à s’exprimer au nom de François Fillon sont nombreuses. Aux six porte-paroles de campagne (Thierry Solère, Benoist Apparu, David Lisnard, Isabelle Le Callennec, Florence Portelli et Philippe Vigier pour l’UDI) viennent s’ajouter les sept porte-paroles du parti Les Républicains (Valérie Boyer, Valérie Debord, Philippe Juvin, Brigitte Kuster, Guillaume Larrivé, Guillaume Peltier et Bérengère Poletti) et les six membres de la cellule « riposte » (Eric Ciotti, Damien Abad, Maël de Calan, Gérald Darmanin, Bernard Debré et Stéphanie Von Euw). Soit au total 19 personnes, dont certaines ne se privent pas d’afficher publiquement leur désaccord avec François Fillon, à l’image de Valérie Debord critiquant sur Twitter son opposition à une nouvelle défiscalisation des heures supplémentaires.

Fillon est "secret et peu bavard"

Mais même avec la meilleure volonté du monde, les porte-paroles de François Fillon ne savent pas toujours sur quel pied danser : Cité par Le Monde, un député LR abonné aux matinales confesse : "Comme Fillon est secret et peu bavard, on ne sait pas ce qu’il pense sur les sujets sur lesquels on est interrogé. C’est un peu impressionniste comme organisation."
Un flottement qui doit beaucoup au tempérament de l’ancien Premier ministre, mais pas seulement, car le candidat veut réserver sa parole pour construire son image présidentielle. Également citée par Le Monde, Anne Méaux, la patronne de l’agence Image 7 qui s’occupe de sa communication explique : "François Fillon s’inscrit dans une stratégie de long terme. Il suit son agenda : après avoir gagné la primaire, il a rassemblé la famille. Désormais, il attend le verdict de la primaire PS et relancera sa campagne le 29 janvier, avec son gros meeting parisien."

Un groupe WhatsApp

Mais l’équipe de François Fillon a conscience que des améliorations sont nécessaires : les six porte-paroles de campagne rencontrent Anne Méaux tous les mardis en présence de Patrick Stéfanini, le directeur de campagne, afin de coordonner un minimum leurs actions. Ils sont même tous inscrits dans un groupe de la messagerie WhatsApp pour échanger plus facilement. Reste à savoir si cela sera suffisant pour éviter de nouveaux couacs.

Présidentielle 2017 : François Fillon contrôle-t-il ses troupes ?
François Fillon a souffert du manque de concertation entre ses porte-paroles depuis qu'il a gagné la primaire de la droite et du centre. / ©maxppp
Ajouter un commentaire