Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Primaire à gauche - le débat : échange tendu entre Vincent Peillon et Manuel Valls sur l’emploi du mot guerre

Le 3e débat télévisé de la primaire de la gauche a été l’occasion d’une passe d’armes entre Manuel Valls et Vincent Peillon sur l’emploi du mot guerre. Alors que l’ancien Premier ministre a estimé le 16 janvier que les propos de Donald Trump sur l’Union européenne et Angela Merkel sont une « déclaration de guerre à l’Europe », Vincent Peillon l’a vivement recadré sur l’emploi du mot « guerre », inapproprié selon lui pour décrire les relations avec les États-Unis.

Il fallait s’y attendre, Vincent Peillon a taillé quelques croupières à Manuel Valls pendant le 3e débat de la primaire de la gauche. L’ancien ministre de l’Éducation nationale, en fortes difficultés dans les intentions de vote, a réservé l’une de ses meilleures flèches à l’ancien chef du gouvernement à l’occasion d’une question sur Donald Trump.

En début de semaine, Manuel Valls avait qualifié de "déclaration de guerre à l’Europe" les propos du nouveau président américain sur l’Union européenne et Angela Merkel ; Vincent Peillon avait une première fois réagi sur BFM TV en invitant l’ancien premier ministre à moins utiliser le mot guerre.

Rebelote sur le plateau de France 2 hier soir. Alors que Manuel Valls se justifie en parlant d’une "guerre politique" et en invitant à ne pas jouer "sur les mots", Vincent Peillon ne lâche rien : "Si on prend les mots au sérieux, n’employons pas alors le mot guerre", lance-t-il à son adversaire.

Vincent Peillon ne plaisante pas

C’est alors que le ton monte d’un cran quand Manuel Valls décide de répliquer en usant de la carte de la dérision. L’ancien Premier ministre déclare que Vincent Peillon lui "rappelle parfois [son] vieux professeur qui [lui] dit attention aux mots qu’on utilise." Un trait d’humour que l’eurodéputé n’apprécie visiblement pas. Sans un sourire, Vincent Peillon rétorque : "On respecte tous les professeurs. Dire professeur, ce n’est pas nécessairement disqualifiant." Manuel Valls préfèrera, lui, en rire, mais les deux hommes demeureront irréconciliables sur le bon emploi du mot guerre.

Primaire à gauche - le débat : échange tendu entre Vincent Peillon et Manuel Valls sur l’emploi du mot guerre
Vincent Peillon a attaqué Manuel Valls sur l'emploi du mot "guerre" qu'il juge inapproprié pour décrire les relations entre l'Europe et les États-Unis / ©France 2
Ajouter un commentaire