Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Primaire à gauche – le débat : quand Benoît Hamon recadre Gilles Bouleau… et répond à côté de la question

Interrogé sur son opposition en 2010 à la loi interdisant le port du voile intégral, Benoît Hamon a profité d’une confusion de la part du journaliste qui l’interrogeait pour éviter de répondre directement à la question. Relancé, le député des Yvelines a préféré faire dériver le débat sur le voile à l’université pour défendre une conception très littérale de la laïcité.

Gilles Bouleau aurait-il eu un problème avec ses fiches ? Alors que le débat opposant Manuel Valls à Benoît Hamon abordait la question de la place de l’islam en France, le journaliste de TF1 a lancé cette question au député des Yvelines  :"Benoît Hamon, sauf erreur en 2010, Manuel Valls y faisait allusion il y a un court instant, vous avez voté contre la loi qui interdisait la burqa. Est-ce que vous la voteriez aujourd’hui ?"

"Je ne crois pas que j’étais député, pardon de vous le dire", rétorque alors sèchement Benoît Hamon en se grattant la tête. De fait, en 2010 Benoît Hamon était porte-parole du Parti socialiste, il n’a été élu député des Yvelines qu’en 2012. Il n’en demeure pas moins qu’à l’époque il s’était opposé à la loi finalement votée le 13 juillet 2010 et portant interdiction du voile intégral dans l’espace public en France.

Benoît Hamon répond à côté

David Pujadas relance donc le candidat : "Benoît Hamon, vous la regrettez cette prise de position en 2010 ?" Le tenant de l’aile gauche du PS va alors se défendre, sans clairement répondre à la question. De la burqa dans l’espace public il passe en effet… au voile à l’université en s’appuyant sur une conception littérale de la loi sur la laïcité.

Le candidat invoque pour commencer l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 – le texte dispose que "nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi" – pour en arriver à la conclusion que l’interdiction du voile à l’université serait une "remise en cause d’un principe fondamental." Benoît Hamon achève sa démonstration en réclamant "toute la loi de 1905, rien que la loi de 1905."

Manuel Valls attaque Alexis Bachelay

Mais Manuel Valls ne s’en laisse pas compter. L’ancien Premier ministre évoque alors le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), "comité qui lutte soi-disant contre l’islamophobie" avant d’évoquer les liens du porte-parole de Benoît Hamon, Alexis Bachelay, avec cette organisation : "L’un de ses porte-paroles, Alexis Bachelay, organise une réunion avec le CCIF contre l’idée même de la prolongation de l’état d’urgence (…), ça veut bien dire qu’il y a des ambiguïtés", tacle Valls.

Benoît Hamon ne reviendra jamais sur son opposition à la loi de 2010 et les deux hommes ne parviendront pas à trouver un terrain d’entente. 

Primaire à gauche – le débat : quand Benoît Hamon recadre Gilles Bouleau… et répond à côté de la question
Interrogé sur la burqa dans l'espace public, Benoît Hamon a recadré Gilles Bouleau et répondu sur le voile à l'université pour défendre sa conception de la laïcité / ©TF1
Ajouter un commentaire