Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Primaire à gauche : le jour où les proches d’Arnaud Montebourg squattent les matinales

Trois proches d’Arnaud Montebourg intervenaient quasi simultanément dans les matinales télé et radio ce 29 décembre. François Kalfon, Christian Paul et Laurent Baumel sont venus défendre le programme du candidat à la primaire de la gauche et distribuer quelques tacles à ses concurrents Manuel Valls et Benoît Hamon.

Ne parlez pas de trêve des confiseurs à Arnaud Montebourg. Alors que le candidat à la primaire de la gauche a dévoilé son programme le 27 décembre, ses partisans étaient de sortie ce matin pour prêcher la bonne parole dans les matinales télé et radio.

Le député de la Nièvre Christian Paul était ainsi invité des 4 Vérités, sur France 2, tandis que son collègue d’Indre-et-Loire Laurent Baumel répondait au même moment aux questions de RMC. Enfin, François Kalfon, directeur de campagne d’Arnaud Montebourg, tenait le micro de RTL.

Si les idées défendues étaient sans surprise les mêmes, la tonalité a varié en fonction des personnalités. François Kalfon et Laurent Baumel se sont concentrés sur quelques-unes des 70 propositions d’Arnaud Montebourg (suppression du 49-3, abrogation de la loi Travail, démission automatique des directeurs d’administration à chaque élection d’un nouveau président, création de 5 000 emplois dans les hôpitaux…).

Les grands patrons, ces "renards dans un poulailler"

Sur la proposition d’Arnaud Montebourg d’encadrer les salaires des patrons et de les obliger à augmenter leurs employés s’ils veulent s’augmenter eux-mêmes, François Kalfon l’a justifiée en comparant les grands patrons à "des renards dans un poulailler." "Vous laissez rentrer un renard dans un poulailler, le renard mange les poules, c’est aussi simple que ça. Il faut donc une loi pour faire en sorte qu’il y ait un encadrement des rémunérations choquantes et excessives."

François Kalfon et Laurent Baumel n’ont pas attaqué les adversaires d’Arnaud Montebourg. Contrairement à Christian Paul, qui a ciblé aussi bien Benoît Hamon que Manuel Valls. Le député de la Nièvre a notamment reproché à Hamon sa position sur le revenu universel, lui opposant la "valeur travail."

Quant à Manuel Valls, il l’a ciblé sur son bilan, estimant que "la gauche n’a pas été authentique pendant ce quinquennat." Réagissant aux propos de l’ancien Premier ministre qui a annoncé une campagne éclair, une "blitzkrieg", Christian Paul a estimé qu’il n’est "pas besoin de faire le haka comme les joueurs de rugby sur un terrain quelques minutes avant le match."

Pas de remise en cause du droit de grâce

Sur la libération de Jacqueline Sauvage, graciée par François Hollande, les trois hommes se sont unanimement réjouis d’une "décision humaine". Arnaud Montebourg, qui prône une VIe République, a été l’un des premiers à applaudir la décision de François Hollande. "Est-ce le pire des privilèges du président de la République ? Je n’en suis pas sûr", a justifié Laurent Baumel. "Ça a toujours existé, c’est l’un des faits du président, a pour sa part jugé François Kalfon. On peut en discuter, je constate à quel point l’opinion trouve que c’est un acte presque humanitaire."

Le directeur de campagne de Montebourg ajoute un peu plus loin : "Nous ne remettons pas nous-mêmes en cause le droit de grâce présidentiel", avant de préciser qu’il faut dépasser la "dimension de monarchie républicaine" de la fonction présidentielle, par exemple en abolissant les "nominations de convenance dans les organismes culturels ou audiovisuels."

Primaire à gauche : le jour où ls proches d’Arnaud Montebourg squattent les matinales
Christian Paul, François Kalfon et Laurent Baumel sont tous les trois intervenus ce 29 décembre pour défendre le programme d'Arnaud Montebourg / ©France 2/RTL/RMC
Ajouter un commentaire