Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Déjà Vu

Sarkozy prêt à voter Hollande contre le FN ? Son camp réaffirme la stratégie du ni-ni

Après le début d’incendie provoqué par les propos de Nicolas Sarkozy sur son choix de voter Hollande contre le FN, le candidat à la primaire de la droite et du centre et son clan cherchent à apaiser les électeurs comme le rapporte Le Figaro ce vendredi 28 octobre.

Mise au point. Nicolas Sarkozy a  créé la surprise jeudi sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. Le candidat à la primaire de la droite et du centre a annoncé qu’en cas de duel entre François Hollande et Marine Le Pen, il voterait pour le président socialiste "mais pas de gaieté de cœur". Une déclaration qui rompt avec la stratégie assumée jusque-là, celle du ni-ni.  

Depuis, Nicolas Sarkozy et ses troupes tentent de rassurer leurs électeurs. "Ne vous inquiétez pas, on n’est pas partis pour avoir ce cas de figure", a assuré Nicolas Sarkozy en meeting à Marseille jeudi soir comme le rapporte Le Figaro, raillant par la suite le faible niveau de popularité de François Hollande.

La stratégie du ni-ni privilégiée pour les élections locales

Ce vendredi 28 octobre, c’est Gérald Darmanin, son coordinateur de campagne qui cherche à apaiser les esprits dans les colonnes du Parisien. "Ce n’est ni un changement de pied, ni un reniement", déclare-t-il. "Le ni-ni s’applique pour les élections locales où les enjeux sont bien différents d’une présidentielle. Il a toujours considéré que Marine Le Pen était une menace pour la République. Donc il faut lui faire barrage si elle venait prendre le pouvoir", continue le maire LR de Tourcoing.

Les adversaires de Nicolas Sarkozy dans cette primaire de la droite et du centre n’ont pas manqué de commenter la déclaration du fondateur des Républicains. "Il arrive qu’on défende ses convictions quitte à perdre son poste. Mais le plus important, c’est d’être ralliée ensuite", a tweeté Nathalie Koscisuko-Morizet. "La fin du ni-ni enfin", a écrit Gilles Boyer le bras droit d’Alain Juppé. Quant à Jean-Pierre Raffarin, il s’est félicité de voir l’ancien chef de l’Etat "chercher une issue à l’impasse de la logique droitière dans laquelle il s’est engagé", comme le rapporte Le Figaro. 

 

Nicolas Sarkozy : découvrez comment Jean-Jacques Bourdin réagit à sa venue
Nicolas Sarkozy rassure ses électeurs après avoir déclaré qu’il voterait Hollande contre le FN / ©maxppp
Ajouter un commentaire