Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Pas vu à la télé

Alain Juppé défend la sélection à l'université

Alain Juppé a précisé hier à Cergy-Pontoise les mesures qu’il entend prendre en matière d’enseignement supérieur. L’ancien Premier ministre entend réformer les conditions d’accès à la licence et au master en instaurant une dose d’orientation renforcée et de sélection.

L’université open-bar, c’est terminé. C’est du moins ainsi que l’entend Alain Juppé, qui a précisé hier 19 septembre devant un auditoire de 500 étudiants rassemblés à l’université de Cergy-Pontoise comment il entend mener la réforme de l’enseignement supérieur. Cela passera par une « orientation renforcée » des lycéens. « Si on ne peut ni ne doit limiter l’accès à l’enseignement supérieur, il faut le diriger », a notamment déclaré l’ancien Premier ministre.

Alain Juppé veut diriger les bacheliers technologiques en priorité vers les BTS et DUT. Les lycéens de la filière générale devront quant à eux passer sous les fourches caudines de « tests d’affectation à blanc » dès la classe de première pour estimer « l’adéquation » de leurs vœux d’orientation « avec les possibilités que leur offrent leurs résultats scolaires. »

Propositions obligatoires

Plus question, donc, pour Alain Juppé de laisser filer les élèves vers des filières inadaptées. En terminale, un lycéen devra toujours émettre des vœux pour son affectation. Mais si aucun n’est retenu, il recevra alors trois propositions établies en fonction de son profil, « avec obligation de choisir l’une d’entre elles. »

Le candidat à la primaire de la droite et du centre ne s’arrête pas là et fixe un nouveau palier de sélection au seuil du 2e cycle. Il veut ainsi « généraliser la sélection » pour l’entrée en master 1, « quelles que soient les formations ». Pour ce faire, Alain Juppé a d’ores et déjà reconnu qu’une telle réforme nécessiterait des « clarifications juridiques ».

L’ensemble de ces mesures constitue à ses yeux « la condition pour réduire le chômage et les profondes inégalités sociales » dans un système de l’enseignement supérieur où « les taux d’échec des étudiants de premier cycle sont élevés. »

Alain Juppé défend la sélection à l'université
À l'université de Cergy-Pontoise, Alain Juppé a défendu la sélection dans l'enseignement supérieur / ©maxppp
Ajouter un commentaire