Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Pas vu à la télé

Droit du sol : Jean-Christophe Cambadélis trouve Nicolas Sarkozy "pas à la hauteur"

Jean-Christophe Cambadélis a réagi dans Libération à l'entretien de Nicolas Sarkozy dans Valeurs actuelles. Le premier secrétaire du Parti socialiste fustige des "déclarations qui ne sont pas à la hauteur" et reproche à l'ex-chef d'État d'aller "le plus loin possible dans le tutoiement du Front national pour battre Alain Juppé".

Jean-Christophe Cambadélis répond à Nicolas Sarkozy. L'ex-chef de l'État a fait toute une série de propositions dans Valeurs actuelles. Dans cet entretien paru jeudi 11 août, l'ancien président de la République souhaite notamment le durcissement du droit du sol. "En vingt mois, il y a eu 237 Français assassinés. Ils le sont parce que les barbares qui nous attaquent croient que nous sommes faibles. Voilà la vérité", a par ailleurs déclaré Nicolas Sarkozy. Une sortie que n'a visiblement pas apprécié le premier secrétaire du Parti socialiste. Jean-Christophe Cambadélis a répondu le jour même dans Libération, fustigeant la position du président des Républicains. "Comme d'habitude, avec l'ancien président de la République, ce sont des déclarations à l'emporte-pièce qui ne sont pas à la hauteur des enjeux", s'indigne ainsi le proche de François Hollande. Celui qui est également député de Paris estime que "si les djihadistes attaquent la France parce qu'elle est 'faible', comme il dit, il faudrait critiquer la présidence Sarkozy avec l'attaque de Mohamed Merah". Selon lui, "le discours pessimiste militant de Nicolas Sarkozy, la volonté effrénée de rabaisser la France, tout cela nous affaiblit". 

"Il ira le plus loin possible dans le tutoiement du Front national"

Pour le premier secrétaire du Parti socialiste, cette sortie de Nicolas Sarkozy est stratégique. "Il a défini sa tactique pour la présidentielle", avance Jean-Christophe Cambadélis, affirmant que l'ex-chef de l'État "ira le plus loin possible dans le tutoiement du Front national pour battre Alain Juppé". "Et demain, lorsqu'il sera désigné, il nous dira qu'il est le seul rempart au FN... mais le mal sera fait", s'emporte-t-il contre l'ancien président de la République qui n'est officiellement toujours pas candidat à la primaire de la droite et du centre. Le proche de François Hollande estime qu'il s'agit d'un vrai virage à droite qui peut servir le parti de Marine Le Pen. "Il aura un peu plus légitimé les pensées profondes souvent xénophobes du FN et créé les conditions d'un bloc réactionnaire dont il serait prisonnier si, par malheur pour la France, il l'emportait", explique-t-il. Pour Jean-Christophe Cambadélis, Nicolas Sarkozy entraîne derrière lui sa famille politique "vers l'extrême droite". "Y compris Alain Juppé qui ne peut, ni ne veut se distinguer", ajoute-t-il. Pour le député (PS) de Paris, "la droite joue avec les valeurs de la République pour des raisons strictement électoralistes". "Ce faisant, ils clivent très fortement la France, renforcent les discours du FN alors que notre pays a profondément besoin de l'arme de l'unité nationale contre les Daechistes", blâme finalement Jean-Christophe Cambadélis.

Droit du sol : Jean-Christophe Cambadélis trouve Nicolas Sarkozy
Pour Jean-Christophe Cambadélis, "Sarkozy ira le plus loin possible dans le tutoiement du FN pour battre Juppé" / ©maxppp
Ajouter un commentaire