Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Pas vu à la télé

Éric Ciotti critique le financement public des lieux de culte... mais le pratique à Nice

Dans un tweet, Éric Ciotti s'est dit "opposé au financement public des mosquées ou de tout lieu de culte". Problème : Nice-Matin révèle qu'il a lui-même financé, avec sa réserve parlementaire, la rénovation de quatre chapelles à Nice. Le député (LR) des Alpes-Maritimes a démenti.

En s'opposant une nouvelle fois à Manuel Valls, Éric Ciotti semble avoir oublié un détail. Dans sa tribune dans le Journal du Dimanche ce 31 juillet, le Premier ministre affichait sa volonté de "reconstruire une capacité de financement française" pour l'islam. François Bayrou proposait d'ailleurs lundi 1er août la création d'une "taxe sur la certification halal" pour financer l'islam en France. Éric Ciotti s'est lui farouchement opposé à l'idée de Manuel Valls. Il a publié un tweet dimanche 31 juillet où il affirmait que "contrairement à Manuel Valls", il est "totalement opposé au financement public des mosquées ou de tout lieu de culte"

Quatre chapelles rénovées grâce à la réserve parlementaire : "un financement culturel et non cultuel" selon Éric Ciotti

Sauf que Nice-Matin révèle qu'Éric Ciotti a utilisé sa réserve parlementaire pour la rénovation de chapelles. Sur les 130 000 € qui lui sont alloués, le député (LR) des Alpes-Maritimes en a ainsi dépensé 20 000 € pour la restauration de quatre chapelles niçoises. L'élu a ainsi versé 5000 € à quatre associations de la ville chargées de restaurer les édifices religieux. 

Éric Ciotti a pourtant démenti ces informations. Sur Twitter, il écrit qu'il s'agit de "préserver notre patrimoine" et non de "financer des lieux de culte". Contacté par le Scan du Figaro, le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes reconnaît avoir "consacré une partie de sa réserve parlementaire pour la restauration de quatre chapelles classées aux monuments historiques, dont les travaux ont été menés par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) sous le contrôle des Monuments historiques". "Il ne s'agit donc pas d'un financement cultuel mais bien culturel, ce qui n'est pas du tout la même chose", explique-t-il. Éric Ciotti a publié une lettre sur les réseaux sociaux dans l'après-midi du 2 août, dans laquelle il dénonce notamment avec fermeté des "propos mensongers qui tendent à opposer le principe de laïcité et la défense de notre héritage".

Éric Ciotti critique le financement public des lieux de culte... mais le pratique à Nice
Le député (LR) des Alpes-Maritimes a utilisé sa réserve parlementaire pour rénover 4 chapelles de Nice / ©maxppp
Ajouter un commentaire