Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

François Hollande : de Florange à Alstom, le président de la République n’a pas pu éviter les fermetures d’usine

Pari perdu pour François Hollande. Le candidat à la présidence puis le chef de l’Etat n’aura pas tenu ses engagements pour éviter les fermetures de plusieurs sites d’usines. Dernier échec en date pour le président de la République avec la fermeture annoncée du site d’Alstom à Belfort d’après une information révélée par BFMTV ce mardi 13 septembre.

Flop en série. François Hollande n’aura pas réussi à tenir ses promesses pour éviter la fermeture de plusieurs sites d’usines en France. En 2012, alors que la campagne pour la présidentielle bat son plein, le candidat Hollande se rend à Florange où ArcelorMittal annonçait l’arrêt des deux hauts-fourneaux de l’usine. Il promettait alors de faire voter une loi contraignant "les grandes firmes" désireuses de se séparer d’une unité de production à la "céder à un repreneur" afin d’éviter l’écartèlement. Le 24 avril 2013, les hauts fourneaux étaient définitivement mis à l’arrêt alors qu’une loi sur la fermeture des sites en grande partie vidée de son contenu par le Conseil Constitutionnel, voyait le jour.

En juillet 2012, le président de la République fraîchement élu, refusait le plan de fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois  de PSA deux jours après que le premier constructeur automobile français eut annoncé la suppression de 8000 emplois et la fermeture dès 2014 de l’usine d’Aulnay. "L’Etat ne laissera pas faire" assénait François Hollande avant de mettre de l’eau dans son vin et de voir un an et demi plus tard la production définitivement s’arrêter.

Nouvel échec pour François Hollande avec Alstom

Nouveau revers pour le chef de l’Etat avec la fermeture annoncée d’Alstom à Belfort. Le mercredi 7 septembre, la direction de l’entreprise a annoncé que la construction de trains et de motrices à Belfort serait stoppée d’ici 2018. Le gouvernement s’est alors saisi de l’affaire avec le secrétaire d’Etat en charge des transports, Alain Vidalies, qui a déclaré "vouloir tout faire" pour sauver le site. En déplacement en Roumanie ce mardi 13 septembre, François Hollande a affirmé que "tout" serait fait pour que le site de Belfort soit maintenu "pour de nombreuses années". Le même jour, BFMTV révèlait une lettre adressée par mail aux salariés assurant que le maintien de la production à Belfort était « aujourd’hui impossible ». A ce stade, l’avenir de l’usine d’Alstom à Belfort semble plus que jamais incertain. 

François Hollande sera dimanche sur France Inter
François Hollande n'a pas tenu ses promesses pour éviter la fermeture d'usines / ©maxppp
Ajouter un commentaire