Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

Gilbert Collard dénonce un "lobby" de crêpiers dont il serait victime

Le député du Gard apparenté FN avait dénoncé la semaine dernière les stages de crêpiers offerts par Pôle Emploi, qui masquent selon lui la réalité de la baisse du chômage. Depuis Gilbert Collard s'est mis à dos les organisations professionnelles du secteur.

Rien ne va plus entre Gilbert Collard et les crêpiers de France. La semaine dernière, le député du Rassemblement Bleu Marine avait dénoncé, sur Europe 1, la "supercherie" et "l'escroquerie" que constituait la baisse du chomâge. Citant Le Canard Enchaîné, il s'était notamment offusqué que l'on propose aux chômeurs "des stages de crêpier et d'hypnotiseurs". Ses propos ont levé un vent de colère auprès des représentants de la profession, qui sont montés au créneau pour défendre leur profession.

Petite piqûre de rappel. Le 27 décembre dernier, Gilbert Collard avait déclaré: "on se rend compte que vraiment ce sont d'un côté de faux emplois qui sont créés et de l'autre des emplois d'Etat". Pour lui, ces formations "n'offrent pas forcément un travail, un emploi pérenne".

Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que la profession et la Bretagne réagissent. "Les propos de Gilbert Collard sont ceux d'un homme poitique qui ne connaît pas la réalité du terrain", a déclaré François De Pena, chargé des crêperies au sein de l'Union des métiers et des industries hôtelières (Umih), au Télégramme.

Gilbert Collard, victime "des petits coups enfarinés" du lobby des crêpiers

Lundi 2 janvier, l'avocat a tenu à se défendre et à dénoncer le lobby des crêpiers. Dans un article publié sur le site d'informations régionales Breizh Info, il s'explique : "ce n'est pas le métier de crêpier qui est en cause, ce sont les conditions dans lesquelles les formations sont données et l'importance factice qu'on leur accorde pour donner l'impression qu'on crée des formations pour faire baisser le chômage".

Le député apparenté FN se dit même victime. "Il y a des lobbies. Des gens - espèces de crêperie de veille - guettent les propos que nous tenons. Ils utilisent la moindre chose pour essayer d'une manière ridicule de monter des petits coups enfarinés contre nous".

D'ailleurs, ce connaisseur de "l'histoire de la crêpe" a tenu à rassurer les Bretons. "J'adore les crêpes, d'autant plus lorsqu'elles sont parfois sans gluten (...) Je suis relativement pratiquant (de la crêpe, ndlr). A  la chandeleur, je mange des crêpes". 

Gilbert Collard dénonce un
Le député du Gard apparenté FN s'est mis à dos les crêpiers en dénonçant les prétendus "stages de crêpier". / ©maxppp
Ajouter un commentaire