Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

Grâce totale pour Jacqueline Sauvage : François Hollande voulait l'abroger en 2006

Alors qu'il a accordé, mercredi 27 décembre, une grâce totale à Jacqueline Sauvage, François Hollande s'était prononcé "contre les possibilités de grâce ou d'amnistie du président de la République" en 2006.

Il a peut-être la mémoire courte. Mercredi 27 décembre, Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent, apprenait qu'elle était graciée totalement par le chef de l'Etat. Pourtant il semble que François Hollande est allé à l'encontre de ses convictions. 

Invité du Grand Jury de RTL-Le Figaro-LCI le 28 mai 2006, le président de la République alors Premier secrétaire du Parti socialiste, se déclarait hostile à l'amnistie et à la grâce présidentielle. Interrogé sur l'amnistie accordé à l'ancien champion olympique Guy Drut par Jacques Chirac, il avait estimé que le président avait été "irresponsable" et qu'"il a fait une faute de comportement, il a lancé le pire des signaux"

En 2006, le Parti socialiste devait supprimer ce droit

Ainsi, François Hollande avait lancé : "le Parti socialiste supprimera les possibilités de grâce ou d'amnistie du président de la République". Car cela laisse "supposer qu'il y aurait deux justices : une justice pour tout le monde et une justice pour un certain nombre de privilégiés".

"Il n'est pas normal dans une démocratie que l'un d'entre nous, fut-il élu au suffrage, puisse disposer de la possibilité de lever une condamnation", avait-il alors expliqué.

Pourtant Jacqueline Sauvage n'a pas été la seule à en bénéficier sous son mandat présidentiel. En 2014, François Hollande avait accordé une grâce présidentielle partielle à Philippe El-Shennawy, incarcéré depuis 38 ans pour braquages.

Grâce totale pour Jacqueline Sauvage : François Hollande voulait l'abroger en 2006
En 2006, le Premier secrétaire du PS François Hollande souhaitait abroger la grâce présidentielle / ©maxppp
Ajouter un commentaire