Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Pas vu à la télé

Laurent Wauquiez inquiète ses collègues des Républicains

Après la démission de Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez a été nommé président par intérim des Républicains mardi 23 août. Mais le nouveau président du parti, proche de Nicolas Sarkozy, inquiète déjà ses collègues.

Lundi 22 août, Nicolas Sarkozy a officiellement déclaré sa candidature à la primaire de la droite et du centre. Il a donc dû démissionner de la présidence des Républicains, fonction qu'il exerçait depuis décembre 2014. L'ex-chef de l'État a mandaté l'un de ses proches, Laurent Wauquiez, pour occuper la tête du parti. Anciennement vice-président de LR, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a donc été nommé président par intérim des Républicains. Mais le nouveau président du parti inquiète déjà certains de ses collaborateurs. Le Point révèle que Laurent Wauquiez a supprimé le terme "par intérim" des communiqués officiels du parti, déclenchant la colère de certains de ses collègues.

"C'est un fou !"

"C'est un fou ! Il est sans filtre, sans limites", commente Éric Woerth, secrétaire général des Républicains et également proche de Nicolas Sarkozy. Le président du Conseil national des Républicains, Luc Chatel, fait également parti de son inquiétude vis-à-vis du nouveau leader du parti. "Quand il parle, il me glace", avoue l'ancien ministre de l'Éducation nationale. "Il a zéro conviction mais il bosse énormément, ce qui le rend d'autant plus dangereux", poursuit-il. Éric Woerth et Laurent Wauquiez ne sont pas vraiment d'accord sur la manière de diriger le parti depuis le départ de Nicolas Sarkozy. Le président par intérim des Républicains invoquait l'article 25 alinéa 5 des statuts du parti pour diriger le parti seul, tandis qu'Éric Woerth, soutenu par Luc Chatel, souhaitait une direction collégiale. Le dispositif provisoire de direction du parti restera en place jusqu'au prochain congrès des Républicains, qui interviendra en novembre 2016 après la primaire de la droite et du centre.

Laurent Wauquiez inquiète ses collègues des Républicains
Laurent Wauquiez inquiète certains de ses collaborateurs des Républicains / ©maxppp
Ajouter un commentaire