Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

La majorité socialiste ne croit pas en Emmanuel Macron pour 2017

Après sa démission du gouvernement, Emmanuel Macron se retrouve isolé. Les membres de la majorité socialiste ne sont pas tendres avec l'ex-ministre de l'Économie et ne croient pas vraiment à son succès en 2017.

Emmanuel Macron a-t-il une chance de l'emporter en 2017 ? Pour l'exécutif, la réponse est déjà toute trouvée : non. Après sa démission, l'ex-ministre de l'Économie est largement raillé par les dirigeants socialistes qui ne voient en lui qu'un phénomène de passage. "Emmanuel Macron dispose au grand maximum de moins de dix députés PS", affirme un dirigeant socialiste dans les colonnes du Monde. Une situation précaire, d'autant plus que si Emmanuel Macron décide de se lancer dans l'aventure présidentielle, il devra récolter 500 signatures d'élus. "Macron va apprendre que, dans ce vieux pays qui s'appelle la France, on ne peut pas être élu président de la République sans appareil politique fort, ni ressorts importants dans les territoires", estime un dirigeant socialiste. L'ancien pensionnaire de Bercy ne dispose en effet pour tout appareil politique que de son tout récent mouvement "En marche !", dont les ressources et le nombre d'adhérents restent pour le moment limités. Le mouvement En marche ! revendique toutefois 60 000 adhérents, un chiffre à relativiser puisque l'inscription se fait en ligne et sans aucune cotisation à payer.

"Emmanuel Macron s'est laissé griser par la bulle médiatique autour de lui"

L'été dernier, Jean-Marie Le Guen analysait ainsi la personnalité d'Emmanuel Macron : "Emmanuel est un phénomène politique. Il est brillant et singulier, mais il a aussi un côté enfantin et arrogant qui peut le rendre imprudent". Pour le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, l'ancien ministre s'est "laissé griser par la bulle médiatique autour de lui". Un proche de Manuel Valls est encore moins tendre avec Emmanuel Macron et ses adhérents. "Les adhérents d'En marche ! me font penser à ceux qu'on appelait en 2006 les "ségogols", ces fans sans aucun culture politique, uniquement éblouis par leur amour pour Royal", ironise-t-il. Une nouvelle pique, à ajouter aux nombreuses lancées par Stéphane Le Foll, Alain Juppé, Jean-Christophe Cambadélis ou encore Nicolas Sarkozy, qui isole encore un peu plus l'ancien ministre de l'Économie.

Emmanuel Macron
Plusieurs dirigeants socialistes expriment des doutes sur l'avenir présidentiel d'Emmanuel Macron / ©maxppp
Ajouter un commentaire