Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

Patrick Balkany reconnaît, pour la première fois, avoir été titulaire de comptes offshore

Mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale aggravée", le député-maire de Levallois-Perret a reconnu pour la première fois, lors d'une audition devant le juge, avoir été titulaire de sociétés offshore, comme le rapporte le JDD du 8 janvier.

Changement de stratégie de défense. D'après des informations du Journal du Dimanche, le député-maire de Levallois-Perret a reconnu détenir des comptes offshore ainsi qu'une villa à Saint-Martin dans les Antilles. Des révélations que Patrick Balkany a faites aux juges lors d'une audition le 5 octobre dernier, au terme de laquelle il a été mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale aggravée"

Après avoir nié les faits qui lui étaient reprochés, Patrick Balkany a fini par reconnaître l'existence de fonds cachés. Devant les juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, l'élu des Hauts-de-Seine a assuré qu'il "ne s'agit en aucune manière  d'argent provenant de la corruption ou d'une quelconque affaire illicite".

Lors de ce même entretien, il a également admis avoir été le propriétaire de la ville Serena à Saint-Martin aux Antilles, ce qu'il avait toujours démenti, jusqu'à présent. Leur autre résidence sur l'île, la villa Pamplemousse" a déjà été saisie par la justice en 2014 et revendue.

Des doutes persistent concernant le riad de Marrakech

Patrick Balkany aurait minimisé sa responsabilité, en évoquant de "l'argent de famille". Selon le récit fait aux juges, c'est son père Gyula, qui aurait fait fortune à la Libération en vendant le matériel du camp de ravitaillement américain du Havre. Et cet argent, caché en suisse par son père, serait le fondement de sa fortune personnelle.

Mais concernant la troisième maison que la justice française soupçonne appartenir au couple, le Dar Gyucy à Marrakech, le maire continue toujours de nier. Cette résidence, officiellement louée à l'année par leur fils Alexandre, appartient à une société panaméenne et les fonds pour son achat proviennent de deux hommes d'affaires, Georges Forrest et Mohamed al-Jaber, avec qui Patrick Balkany avait des relations par le passé. Des relations que la justice entend bien déméler.

Patrick Balkany reconnaît, pour la première fois, avoir été titulaire de comptes offshore
Pour la première fois, le maire de Levallois-Peret a reconnu devant les juges avoir possédé des comptes offshore ainsi qu'une villa aux Antilles. / ©maxppp
Ajouter un commentaire