Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

Primaire à gauche : Manuel Valls accuse un ‘’manque de préparation manifeste’’ pour Bruno Masure (Exclu Vidéo)

Dans un entretien accordé à Non Stop Politique, Bruno Masure est revenu sur la candidature tardive de Manuel Valls, remplaçant au pied levé de François Hollande. Pour le journaliste, féru de politique, elle est synonyme d’un sérieux manque de préparation.

Dans son tout dernier livre, Élysée Academy, sorti le 12 janvier dernier, Bruno Masure imagine une élection présidentielle revisitée façon émission de télé-réalité dans laquelle les candidats se retrouveraient enfermés dans un loft et soumis au vote du public. Le journaliste, bien connu du grand public pour avoir été à la tête des journaux de TF1 et France 2, a dû, il  l’avoue, réécrire la fin. Pour cause, comme les plus fins observateurs, Bruno Masure n’avait pas vraiment anticipé le renoncement de François Hollande.

En revanche, il n’a pas été étonné de voir Manuel Valls se jeter dans la course au pied levé. ‘’Il n’y avait aucun suspens, il disait partout que si François (Hollande) n’y allait pas, lui il y allait’’, rappelle Bruno Masure. En effet, quatre jours après le discours de renoncement du chef de l’État, Manuel Valls annonçait sa candidature à la primaire de la gauche.

‘’Les gens ont un avis tranché sur Manuel Valls’’

Une candidature précipitée, qui place l’ancien Premier ministre dans une position délicate, selon Bruno Masure. ‘’Ça va lui poser un problème parce qu’il y a un manque de préparation manifeste, il a dû bricoler, trouver un siège de campagne, trouver des financements comme ça en huit jours, donc c’est un peu compliqué pour lui’’, note le journaliste.

Toutefois, au contraire d’autre candidats, la crédibilité de Manuel Valls semble assurée : ‘’Valls, ça fait cinq ans qu’on le voit, comme ministre de l’Intérieur, comme Premier ministre, on le connaît (...) il a une vraie notoriété, il n’a pas besoin de faire quinze plateaux télé pour se faire connaître’’, explique Bruno Masure. Une notoriété qui laisse en revanche peu de marge de manœuvre à l’ancien chef de gouvernement. ‘’L’inconvénient c’est que les gens ont un avis tranché, ils aiment ou ils n’aiment pas’’, note l’écrivain. Pour l’heure, Manuel Valls reste en tête des intentions de vote au premier tour de la primaire de la gauche (31%), contre 25% pour Benoît Hamon et 24% pour Arnaud Montebourg. 

Primaire à gauche : les cinq raisons pour lesquelles la campagne de Manuel Valls ne décolle pas
Pour Bruno Masure, Manuel Valls accuse un ''manque de préparation manifeste'' / ©maxppp
Ajouter un commentaire