Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Pas vu à la télé

Les quatre vérités d'Emmanuel Macron

Dans un entretien fleuve accordé à Ouest France et publié ce lundi 1er septembre, Emmanuel Macron revient sur sa démission du gouvernement. L'ex-ministre de l'Économie évoque également son avenir, et laisse entendre qu'il ne passera pas par la case primaire en cas de candidature à l'élection présidentielle 2017.

Emmanuel Macron dit ses quatre vérités. Après sa démission du gouvernement le 30 août dernier, l'ex-ministre de l'Économie accorde un entretien fleuve à Ouest France ce jeudi 1er septembre, dans lequel il évoque les raisons de son départ et son avenir (présidentiel). "Si je pars, c'est parce que c'est l'idée que je me fais de la responsabilité politique et de la fidélité à ce que je suis", explique le leader du mouvement En marche !. "Ce n'est pas un choix de convenance, c'est un choix de cohérence", ajoute-t-il, arguant qu'il ne "peut pas construire un projet politique alternatif en étant au gouvernement compte tenu des règles que le président lui-même a posées". Il avoue toutefois "assumer" et "être fier" d'avoir "servi François Hollande à l'Élysée" (il était secrétaire général adjoint de l'Élysée entre 2012 et 2014).

Pas encore candidat, Emmanuel Macron ne passera pas par la case primaire

Si Emmanuel Macron dit ne pas avoir pris de décision pour 2017, il reconnaît néanmoins que "cette question est légitime compte tenu de ce que sont les règles de la vie politique aujourd'hui". Pour autant, "elle n'est pas pour moi le coeur de la vie politique". "Être candidat, c'est un choix intime, profond, mûri", estime celui qui a lancé son propre mouvement politique en avril dernier. Même s'il se déclarait candidat à la présidence de la République, Emmanuel Macron fait comprendre qu'il ne passera pas par la case primaire. "Les primaires ont émergé en France pour défendre l'intérêt d'un camp", juge-t-il, observant que "les primaires fracturent les partis et polarisent artificiellement les débats". Enfin, Emmanuel Macron affirme que son départ n'est pas un calcul politique visant à déstabiliser François Hollande. Il lance d'ailleurs une pique aux "vrais cyniques qui oeuvrent en espérant que le président perde". L'ancien pensionnaire de Bercy ne cite toutefois aucun nom.

Les quatre vérités d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron évoque son départ du gouvernement et son avenir (présidentiel) / ©maxppp
Ajouter un commentaire