Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Alain Juppé démonte les stéréotypes sur sa personnalité et tacle Nicolas Sarkozy

Souvent considéré comme "froid" par l'opinion publique, Alain Juppé cherche à se défaire de cette image. Le candidat à la primaire de la droite et du centre estime que sa personnalité peut devenir un atout dans la course à l'Élysée puisque "les Français n'auront pas de mauvaise surprise".

Alain Juppé travaille sa personnalité. Le maire (LR) de Bordeaux est souvent considéré comme "froid" par l'opinion publique. Une image dont le candidat à l'élection présidentielle de 2017 essaie de se défaire à l'approche des premières échéances de la primaire. "Les stéréotypes ont la peau dure", affirme le maire de Bordeaux. "Beaucoup circulent sur mon compte", estime Alain Juppé, selon qui "le seul livre qui ait un peu percé la complexité de ma modeste personne est celui de Gaël Tchakaloff, Lapins et merveilles, malgré toutes ses outrances et son caractère un peu romantique". L'auteure s'était glissée pendant dix-huit mois dans le monde, la famille et l'entourage d'Alain Juppé. La biographie issue de cette immersion a beaucoup plu à l'ex-Premier ministre, qui le décrivait en avril dernier comme "un livre polaroid extrêmement juste".

"Je suis comme je suis"

"L'auteure a bien vu que, comme toute personne humaine, j'étais un peu plus complexe que l'image simpliste souvent reproduite", continue le candidat à la primaire de la droite et du centre. Pour Alain Juppé, sa personnalité peut même devenir un atout dans la course à l'Élysée. "Je suis comme je suis", avance le maire (LR) de Bordeaux. "Les Français me connaissent, ils n'auront pas de mauvaise surprise", juge-t-il. L'ancien Premier ministre avoue "essayer de s'amender". "Nous verrons si les Français se disent 'tiens, c'est de cet homme-là que nous avons besoin aujourd'hui'. C'est là-dessus que ça va se jouer", estime Alain Juppé qui espère se placer en homme providentiel après un quinquennat difficile pour François Hollande, crédité de seulement 19% d'opinions positives en juillet 2016.

"On ne veut pas d'untel, on ne veut pas d'un autre"

Alain Juppé estime néanmoins avoir "encore un défi à relever". Pour le candidat à l'élection présidentielle de 2017, "on est aujourd'hui principalement dans le rejet". "On ne veut pas d'untel, on ne veut pas d'un autre - je ne citerai pas de noms, mais on voit bien de qui il s'agit", explique Alain Juppé, citant à demi-mots son rival principal (mais pas encore déclaré) à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy, et l'actuel président de la République François Hollande. Le maire (LR) de Bordeaux souhaite être l'homme de la situation et réussir à "transformer ce rejet en adhésion à un projet". Alain Juppé s'est ensuite prêté à la traditionnelle question du "un nom, un mot". Il utilise ainsi les adjectifs de "sérieux" pour François Fillon, "prometteur" pour Bruno Le Maire et "talentueuse" pour Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais quand vient le tour de l'ancien chef d'État Nicolas Sarkozy, Alain Juppé déclare dans un sourire "il faut que je sois gentil... réactif !". Une nouvelle façon de montrer sa différence avec son principal concurrent à la primaire organisée par Les Républicains, lui qui est la personnalité politique qui incarne le mieux l'autorité en France selon un sondage OpinionWay pour Non Stop Politique.

Alain Juppé démonte les stéréotypes sur sa personnalité et tacle Nicolas Sarkozy
Dans un entretien fleuve accordé au Point, Alain Juppé évoque sa personnalité et tente d'en faire un atout pour l'élection présidentielle de 2017 / ©maxppp
Ajouter un commentaire