Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
Présidentielle 2017

Alain Juppé place la « vérité » au centre de sa candidature

Alors que les 7 candidats à la primaire de la droite et du centre participent ce soir à leur premier débat télévisé sur TF1, Alain Juppé a répondu dans Le Parisien à une longue interview sur son programme. Le maire de Bordeaux place la vérité au centre de sa candidature. « Je préfère perdre en disant la vérité que gagner en racontant des sornettes », annonce-t-il.

« Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent. » La formule, héritée d’Henri Queuille qui fut à de multiples reprises ministre et président du Conseil sous les IIIe et IVe Républiques, est signée Charles Pasqua. Elle en dit long sur la roublardise des candidats à une élection. Mais, promis juré, Alain Juppé ne mange pas de ce pain-là.

Le favori des sondages dans la primaire de la droite et du centre le proclame haut et fort, il ne fera pas de promesses inconsidérées pour se faire élire. « Une des raisons du scepticisme des Français vis-à-vis des politiques, c’est qu’entre les campagnes électorales successives et ce qui a suivi, il y a eu un fort décalage », explique-t-il au Parisien.

« Les 100 jours d’avant »

Alain Juppé veut donc « annoncer avant l’élection » ce qu’il fera « après ». « On parle toujours des 100 jours après l’élection, moi je parle des 100 jours avant. C’est là qu’il faudra très clairement proposer une politique qui ne sera pas toujours très populaire, comme la retraite à 65 ans. » Le maire de Bordeaux le jure donc, il dira la vérité. Il préfère d’ailleurs « perdre en disant la vérité que gagner en racontant des sornettes. »

Il veut aussi rendre sa dignité à la fonction présidentielle. « Je veux revenir à une conception du rôle du président de la République qui préside et qui n’est pas matin, midi et soir dans l’actualité immédiate en se substituant à son gouvernement. » Une pique clairement adressée à ses prédécesseurs, « l’hyper-président » Nicolas Sarkozy, et François Hollande le président qui murmure à l’oreille des médias.

Alain Juppé place la « vérité » au centre de sa candidature
Alain Juppé le jure : s'il est élu il respectera toutes ses promesses de campagne / ©maxppp
Ajouter un commentaire